You are here:

La FRA a présenté les conclusions de son rapport intitulé « Surveillance by intelligence services: fundamental rights safeguards and remedies in the European Union - Mapping Member States’ legal frameworks » [La surveillance par les services de renseignement : garanties et voies de recours en matière de droits fondamentaux dans l'Union européenne - Cartographie des cadres juridiques des États membres] aux membres de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen. Le rapport en question a été publié en novembre 2015, après que le Parlement européen a appelé de ses vœux des recherches approfondies sur la protection des droits fondamentaux dans le contexte de la surveillance de masse. Le directeur a présenté les résultats de la recherche sous l'angle des cadres juridiques et des mécanismes de contrôle existants ainsi que les voies de recours ouvertes aux personnes dont le droit au respect de la vie privée ou le droit à la protection des données ont été violés.

Le directeur de la FRA a également présenté les priorités pour 2016 du réseau des agences de l'UE chargées de la justice et des affaires intérieures, que la FRA préside actuellement. Il a souligné le rôle du réseau en termes de coopération sur des questions d'intérêt commun en vue de fournir aux institutions de l'UE des avis et un soutien interagences. Il a cité en exemple la manière dont les membres du réseau ont collaboré afin de soutenir l'analyse d'impact du projet pilote de l'UE sur les frontières intelligentes en vue d'élaborer des procédures de contrôle aux frontières plus rapides et plus sûres, comme l'avait demandé la Commission européenne. En 2016, les priorités du réseau incluront notamment le soutien aux stratégies européennes relatives à la sécurité et à la migration et impliqueront également de travailler à garantir le respect des droits fondamentaux, un domaine transversal de toutes les activités de coopération.

Ensuite, le 26 janvier, le directeur de la FRA a participé au lancement de l'intergroupe « Antiracisme et diversité » du Parlement européen. Pour célébrer l'occasion, Michael O'Flaherty a pris part à une discussion de groupe sur les travaux réalisés pour documenter et surveiller le racisme et promouvoir la diversité. À ce propos, il a évoqué la longue histoire de l'agence et ses travaux actuels dans ce domaine, notamment sur les crimes de haine qui touchent les Roms, les migrants, les demandeurs d'asile et les réfugiés, les Juifs, les musulmans, les personnes LGBTI et les handicapés, par exemple. La FRA a également mis sur pied un groupe de travail ad hoc sur la lutte contre les crimes de haine afin de lutter contre le sous-signalement endémique de ceux-ci. Le groupe de travail réunit des experts des États membres et a pour but d'identifier et de partager les pratiques qui incitent les victimes à signaler les crimes de haine, ainsi que d'améliorer l'enregistrement de ces crimes.