You are here:

Le nouveau rapport de la FRA, intitulé Ensuring justice for hate crime victims: professional perspectives, a conclu que la grande majorité des experts interrogés considèrent que les victimes ne déclarent pas leur expérience parce qu'elles ne font pas confiance à la police. Parallèlement, deux tiers des répondants ont déclaré que la police et le pouvoir judiciaire doivent prendre les crimes de haine plus au sérieux. Le rapport conclut que des changements doivent avoir lieu au niveau de la culture et du comportement de la police, avec l’introduction de mesures destinées à lutter contre les attitudes discriminatoires au sein des forces de police et la création d’unités spécialisées dédiées aux incidents liés aux crimes de haine.

Depuis sa création en 2014, le groupe de travail s'est efforcé d'encourager le signalement et d'améliorer l'enregistrement des crimes de haine. Cette dernière réunion du groupe de travail sous sa forme actuelle, organisée conjointement avec la Présidence néerlandaise du Conseil de l'UE, a inclus une visite à la Maison d'Anne Frank à Amsterdam, où le directeur exécutif Ronald Leopold a souligné que le musée avait pour but de lutter contre la haine non pas tant en donnant des leçons d'histoire, mais plutôt en tirant les leçons de l'histoire.

Cette déclaration s'inscrivait dans le droit fil du message délivré lors de la réunion du groupe de travail, ouverte par le directeur de la FRA, Michael O'Flaherty, et le ministre néerlandais de la Sécurité et de la Justice, Ard van der Steur. Ensemble, ils ont lancé un recueil électronique de pratiques afin de lutter contre les crimes de haine dans l'UE, dont l'objectif est d'aider les responsables politiques et les professionnels, tels que les agents des forces de l’ordre, à comprendre ce qui est fait ailleurs dans l'UE pour lutter contre les crimes de haine et quels éléments pourraient être adaptés en vue d'être utilisés dans leurs contextes nationaux respectifs.

« Pour combattre les crimes de haine, nous ne devons pas généraliser, mais nous devons mettre un visage sur les victimes », a déclaré Michael O’Flaherty. « C'est pour elles que nous travaillons et c'est pour elles que nous devons travailler plus que jamais à échanger les pratiques de lutte contre les crimes de haine utilisées dans un pays et qui pourraient contribuer à lutter contre ceux-ci dans d'autres pays. »

Le recueil est un document dynamique, qui sera révisé et complété afin de faire en sorte que son contenu soit aussi riche et utile dans la pratique que possible.