You are here:

Le rapport de l’agence sur l’enquête de 2013 Discrimination et crimes de haine à l’égard des personnes juives dans les États membres de l’UE a, par exemple, révélé que 66 % des répondants considéraient l’antisémitisme comme un problème majeur dans leur pays. Plus d’un cinquième des répondants ont été agressés physiquement, insultés et harcelés au cours des 12 mois précédant l’enquête. L’antisémitisme s’est également répandu en ligne : 76 % des personnes interrogées estimaient que l’antisémitisme en ligne avait augmenté au cours des cinq dernières années.

Des efforts concertés sont requis de la part de l’Union européenne, de ses États membres, des professionnels de l’éducation et des organisations de la société civile pour lutter contre ce phénomène. La promotion des droits fondamentaux et des efforts éducatifs plus vastes jouent un rôle essentiel dans cette lutte.

L’éducation à l’Holocauste et aux droits de l’homme peut contribuer à apprendre aux citoyens d’aujourd’hui ce que sont la citoyenneté et la mémoire en tirant les leçons de l’histoire. Elle peut également promouvoir les valeurs consacrées par la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, telles que la liberté, la tolérance et la non-discrimination. Ce processus d’apprentissage est capital pour favoriser une culture des droits fondamentaux dans l’UE.

L’agence a créé deux boîtes à outils dans ce domaine, l’une pour les enseignants et l’autre pour les agents publics. L’agence fait aussi partie de l’Alliance internationale pour la commémoration de l’Holocauste afin d’aider les États membres de l’UE à mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre de la déclaration de Stockholm.

De plus, elle organise une formation pour les agents publics sur les droits fondamentaux, la citoyenneté et les enseignements à tirer de l’Holocauste, sous les auspices de la Présidence slovaque de l’UE. Les agents publics jouent un rôle de premier plan pour améliorer la compréhension entre les citoyens, un élément clé de la lutte contre l’antisémitisme.

Il ne suffit pas de faire acte de mémoire et de commémorer le passé. Les leçons qui en sont tirées doivent être appliquées maintenant. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons construire une société pour les générations futures, fondée sur la dignité mutuelle, la compassion et l’humanité et non sur la haine.