You are here:

« En fermant la porte aux jeunes, nous fermons une porte sur nous-mêmes. L'Europe doit prendre au sérieux ses engagements envers les droits économiques et sociaux afin que nos sociétés prospèrent », a déclaré le directeur de la FRA, Michael O'Flaherty. « En l'absence de perspectives d'emploi rémunérateur et de stabilité financière, nous ouvrons la voie à la désillusion et au désengagement, ce qui est non seulement malheureux pour les jeunes concernés, mais pourrait également constituer un grave danger pour la cohésion sociale à plus long terme. »

Les jeunes sont créatifs, ouverts aux changements, énergiques et pleins de ressources. Pourtant, sans un accès total à l'emploi et à l'éducation, leur potentiel reste inexploité. Le nombre de jeunes qui ne travaillent pas, ne suivent pas d’études ni de formation (NEET) en est un indicateur clé. Comme l'a fait valoir la FRA dans son Rapport  sur les droits fondamentaux 2016, le nombre de NEET demeure élevé, une situation qui expose les jeunes à la pauvreté et à l'exclusion sociale. Les personnes handicapées ou issues de l’immigration sont particulièrement touchées.

Leurs perspectives et la création d'une main-d'œuvre qualifiée dépendent donc des opportunités qui s'offrent à eux sur le marché du travail et dans l'éducation. En effet, à mesure que la population de l'UE vieillit, le rôle des jeunes en tant que futurs contribuables s'accroît. Des programmes comme l'Initiative pour l'emploi des jeunes et la Garantie pour la jeunesse, lancés par la Commission européenne, contribuent à la lutte contre le chômage des jeunes et les aident à exploiter leur potentiel.

Être en mesure de participer pleinement à la société aide les jeunes à exercer leurs droits sociaux, économiques et politiques et à exploiter leur potentiel. Dans le cas contraire, ils peuvent se voir exclus de la vie sociale et civique, ce qui peut entraîner une marginalisation, voire une radicalisation violente.

L'éducation joue un rôle essentiel dans le développement d'un sentiment de citoyenneté et du respect envers les valeurs fondamentales de l'UE que sont la liberté, la tolérance et la non-discrimination. La pensée critique ainsi que la reconnaissance et le respect d'idées et d'avis différents peuvent être stimulés par des mesures telles que l'inclusion des droits de l'homme et de la sensibilisation aux droits dans les programmes scolaires. Des programmes comme Erasmus+ contribuent, eux aussi, à approfondir l'intégration et le dialogue interculturel.

La participation politique et civique revêt également une importance capitale pour construire des sociétés inclusives. Cependant, l'influence des jeunes sur les processus décisionnels est souvent extrêmement limitée. Il est donc indispensable de mettre en place des plateformes permettant aux jeunes de participer activement à la société. Des conseils de la jeunesse peuvent être d'excellentes plateformes et permettre la participation aux niveaux local et national.

En mobilisant le potentiel des jeunes d'Europe, nous respectons leurs droits fondamentaux essentiels et jetons les bases d'un avenir plus inclusif et plus équitable.