You are here:

D'après une enquête innovante réalisée par la FRA auprès de 42 000 femmes dans l'ensemble de l'Union européenne, environ 39 millions de femmes dans l'UE (21 %) ont été victimes de harcèlement sexuel dans les 12 mois qui ont précédé cette enquête. Parallèlement, le cyber-harcèlement est un problème croissant, puisque 20 % des jeunes femmes en moyenne font l'objet d'avances non désirées par le biais des réseaux sociaux ou des téléphones portables.

Alors que plus de la moitié des femmes (55 %) dans l'UE ont été victimes de harcèlement sexuel, celui-ci touche davantage les femmes titulaires d'un diplôme universitaire et celles occupant un emploi dans les plus hautes catégories professionnelles. 75 % des femmes cadres supérieurs ont été victimes de harcèlement sexuel au cours de leur vie, contre 41 % des femmes qui déclarent n'avoir jamais occupé d'emploi rémunéré. Les stéréotypes sur les rôles liés aux genres appropriés, ainsi que l’exposition des femmes au risque d’être victime de harcèlement sexuel dans différents contextes, continuent d'avoir un impact négatif sur la vie de toutes les femmes, indépendamment de leur éducation ou de leur salaire.

Afin de combattre le harcèlement sexuel, la FRA présente de nombreuses propositions dans son analyse des résultats de l’enquête ; elle suggère par exemple que les organisations patronales et les syndicats sensibilisent à la lutte contre le harcèlement sexuel et encouragent les femmes à signaler immédiatement ces incidents. La FRA invite également les États membres de l'UE à réexaminer la législation existante et les réponses politiques concernant le harcèlement sexuel dans différents contextes, y compris l'internet.