Protéger les enfants, c'est protéger l'avenir

Aucun enfant ne devrait être victime de violence, d'abus ou d'exploitation. Les enfants ont le même droit à la protection et aux soins que les adultes. En tant que détenteurs de droits à part entière, ce point n'est pas négociable. En cette Journée internationale de la protection de l'enfance, le moment est idéal pour réaffirmer cette évidence.

La violence à l'égard des enfants peut se produire dans différents environnements, que ce soit à l'école, à la maison ou dans des institutions. Elle revêt différentes formes, à savoir châtiments corporels, exploitation sexuelle ou traite notamment, mais elle peut aussi avoir lieu sous des formes moins identifiables, telles que l'intimidation ou les mauvais traitements. Pour protéger les enfants de la violence, il convient de disposer de systèmes efficaces, intégrés et solides de protection de l'enfance. Or, comme l'a montré la cartographie des systèmes nationaux de protection de l'enfance réalisée par l'agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA), seuls 13 États membres disposent de politiques ou de stratégies nationales exhaustives en matière de protection de l'enfance. Lorsque les législations et les politiques nationales sont aussi fragmentaires, elles ne protègent pas efficacement les enfants, en particulier ceux qui sont les plus exposés aux risques d'abus et d'exploitation. Ces groupes vulnérables sont les victimes de la traite, les enfants handicapés, les enfants non accompagnés, les enfants vivant en institution, les enfants vivant dans des conditions défavorisées et les enfants en contact avec la justice. La FRA a mené des recherches portant directement sur les problèmes importants auxquels sont confrontés certains de ces groupes :

• les enfants privés de tutelle risquent particulièrement d'être victimes de la traite, comme l'a clairement fait apparaître un rapport récent de la FRA. La situation actuelle des migrants et l'augmentation du nombre de mineurs non accompagnés ont aggravé ce risque ;

• les enfants handicapés sont exposés à des risques multiples, notamment des niveaux de violence toujours plus élevés, comme le souligne le rapport de l'agence sur la violence à l'égard des enfants handicapés ;

• comme l'a constaté le rapport de la FRA sur une justice adaptée aux enfants, les enfants impliqués dans des procédures judiciaires doivent être protégés contre tout préjudice et de nouveaux traumatismes potentiels, et cela à toutes les étapes de la procédure ;

• les filles sont particulièrement vulnérables. L'enquête de la FRA sur la violence à l'égard des femmes a révélé qu'avant l'âge de 15 ans, 27 % des femmes de l'Union européenne (UE) avaient connu une forme ou une autre d'abus physique commis par un adulte.

Malgré les efforts accomplis par les États membres, la violence à l'égard des enfants passe largement inaperçue et elle n’est que faiblement signalée. Les dix principes de la protection de l'enfance élaborés par la Commission européenne constituent une bonne base de travail. Une protection de l'enfance efficace nécessite une coordination entre les agences, une approche intégrée et une coopération entre les différents acteurs. Les efforts devraient s'intensifier afin d'améliorer les mécanismes de contrôle et de signalement et faciliter l'accès à des procédures de plainte et de signalement adaptées aux enfants, qu'ils soient ou non placés sous la garde de l'État. La prévention est essentielle. La priorité devrait être donnée à l'élaboration de politiques intégrées de protection de l'enfance et de mesures d'exécution qui préviennent la violence. Ces mesures incluent :

• la mise en place de services de soutien aux familles en vue de renforcer la capacité des parents à protéger les enfants ;

• le soutien à une prise en charge dans un cadre familial et, si possible, le retrait des enfants des institutions ;

• la sensibilisation du grand public et des enfants aux droits de l'enfant ;

• la fourniture d'une formation et de lignes directrices spécifiques aux professionnels qui sont en contact avec des enfants ;

• la participation effective des enfants à toutes les décisions les concernant.

En fin de compte, un message fort doit passer : la violence à l'égard des enfants doit cesser. Elle leur nuit. Elle porte atteinte à la société. Elle met en péril l'avenir des enfants. Il incombe à chacun de faire en sorte que ce message devienne une réalité.