You are here:

Michael O'Flaherty, directeur de la FRA, a présenté l'agence comme un « centre d'excellence en matière de droits fondamentaux », qui aide les institutions de l'UE et d'autres acteurs à développer une culture des droits fondamentaux. Il a évoqué sa vision de la FRA pour l'avenir et a souligné l'importance des liens tissés entre l'agence et la commission LIBE, ainsi que le Parlement en général (contact : Sara Sighinolfi).

La FRA a souligné que son travail dépasse la simple recherche basée sur quatre domaines thématiques clés : la protection des réfugiés, la migration et les frontières ; le racisme et la discrimination ; les droits de l'enfant et le Forum des droits fondamentaux. À titre d'exemple pratique, un membre de la FRA prodigue actuellement des conseils sur les droits fondamentaux à d'autres agences de l'UE aux hotspots en Grèce. La délégation a ensuite été informée de la deuxième enquête de la FRA sur les minorités et la discrimination (EU-MIDIS II) et de la manière dont les données concernant les personnes issues de la migration ou de minorités ethniques apporteront des informations sur l'effet des législations et des politiques à l’échelle de l’UE et nationale pour la promotion de l'égalité et la lutte contre la discrimination.

Les délégués de la commission LIBE ont évoqué la coopération croissante avec la FRA sur les droits de l'enfant. Ils se sont également intéressés à la manière d'optimiser le potentiel des avis de la FRA sans devoir passer par des requêtes formelles. Ils ont également salué la tenue prochaine du Forum des droits fondamentaux.

Durant sa visite, la délégation a eu l'occasion de s'entretenir avec la grande famille des parties prenantes de la FRA et de recevoir des informations de première main sur les effets des activités de la FRA sur ses parties prenantes. Les enquêtes EU-MIDIS et sur la violence à l'égard des femmes ont été citées comme des exemples de sources précieuses de données pour les organisations de la société civile. Il a également été indiqué que l'agence sert de passerelle vitale pour le partage des connaissances entre la société civile et les institutions nationales. La création des points de contact parlementaires nationaux de la FRA a également été considérée comme un pas important afin de faciliter la participation des parlements nationaux à l'élaboration des politiques européennes, une question particulièrement cruciale dans le climat politique actuel.

La FRA et la délégation ont convenu de l'importance des villes qui se profilent comme « championnes des droits de l'homme ». Le directeur de la FRA a expliqué qu'il va commencer par rencontrer des fonctionnaires municipaux durant ses visites dans les différents pays afin de cultiver ces liens, en plus du soutien permanent de la FRA à l'initiative sur la cité des droits de l'homme.

La délégation était emmenée par Jószef Nagy, le rapporteur du Parlement européen sur la situation des droits fondamentaux dans l'UE. Dans ses conclusions, il a indiqué combien les conclusions de la FRA sont nécessaires pour étayer des avis solides et objectifs, fondés sur des données factuelles en vue d'alimenter le débat public. Il a également souligné l'importance des travaux de la FRA qui aide le Parlement à montrer aux citoyens européens qu'il est capable de faire face à de nouveaux défis.

Le 30 mai, la FRA présentera son rapport sur les droits fondamentaux 2016 à la commission LIBE à Bruxelles.