You are here:

Ils ont exprimé leur bouleversement quant au fait qu'à l'heure actuelle dans l’UE, un enfant sur quatre est exposé au risque de pauvreté et d'exclusion sociale et que de tels chiffres suscitent si peu d'attention. Ils ont souligné la nécessité d'agir afin de permettre aux enfants de ne pas simplement avoir accès aux droits de base, tels que l'éducation, mais également de bénéficier d'un soutien afin de pouvoir jouir d'une enfance normale en ayant des contacts sociaux et en sortant avec des amis. En outre, ils ont insisté sur l'importance de la participation des enfants, de leur responsabilisation grâce à une éducation gratuite pour tous, incluant la fourniture gratuite de manuels scolaires et de matériel parascolaire, et de garantir qu'ils comprennent leurs droits.

Compte tenu du fait qu'ils représentent un tiers des demandeurs d'asile dans l'UE, les enfants ont également appelé à ce que des efforts plus conséquents soient consentis afin que les enfants migrants se sentent en sécurité et que la société en fasse davantage pour accueillir les demandeurs d'asile, étant donné que « le nationalisme ou la haine à l'égard d'autres nationalités ou religions n'ont pas leur place dans la société actuelle ». Des idées ont été proposées en vue de créer ou de mettre en pratique des initiatives dans chaque État membre dans le cadre desquelles enfants et jeunes se rencontreraient pour aider les enfants réfugiés à s'intégrer.

La Présidente maltaise, Mme Marie-Louise Coleiro Preca, a évoqué la nécessité de « mettre fin au fléau de la pauvreté et à d'autres inégalités au sein de notre Union européenne, ce qui relève de notre engagement à garantir les droits et les libertés universels de tous. » Ensuite, le Directeur de la FRA, M. Michael O’Flaherty, a défini les actions concrètes que l'UE et ses États membres peuvent entreprendre pour renforcer systématiquement leurs efforts en vue de préserver les droits fondamentaux. Parmi elles, le fait de connaître le droit de l'UE et le droit international, de s'y référer et d'en faire usage. Il a rappelé aux participants que le respect des droits n'est pas une question de bonne volonté mais bel et bien une obligation légale, tout en soulignant l'importance d'être aussi engagé en termes de droits de l'homme tant sur notre territoire qu'à l'étranger. Pour finir, il a appelé à ce qu’il soit fait davantage recours à l'expertise et aux données robustes que la FRA peut offrir.

La nécessité de renforcer la protection des droits a été soulignée par Mme Kaia Iva, la ministre estonienne de la Protection sociale. Elle a expliqué que, bien que de nombreux changements soient intervenus au cours de ces dernières années, nos aspirations sont demeurées les mêmes tout au long de l'Histoire : « l'espoir de vivre dans un monde sûr et dépourvu de violence tout en offrant les meilleures opportunités à nos enfants. »

Ce symposium intitulé « L'Europe s'investit-elle suffisamment pour protéger les droits fondamentaux ? » a fait le bilan de l'évolution dans le domaine des droits de l'homme au sein de l'UE au cours des dix dernières années, depuis la création de l’Agence, en se référant au document phare annuel de la FRA, à savoir le Rapport sur les droits fondamentaux et aux avis de la FRA. L’évènement a été organisé en coopération avec la présidence maltaise du Conseil de l'UE.

Les enfants présents sont intervenus au cours du débat du groupe d'experts en faisant des déclarations et en posant des questions précises aux intervenants sur les solutions envisageables pour résoudre les questions liés à la migration et à l'asile, à la pauvreté et à l'exclusion sociale, en particulier à partir de leur point de vue d'enfant. Ils n'ont pas manqué de rappeler aux participants que les enfants sont non seulement importants pour le futur, mais aussi pour le présent. L'un d'entre eux a même déclaré : « Nous avons une bouche mais aussi deux mains, il est donc temps d'arrêter de parler et d'agir maintenant. »

Téléchargements

Publication date: 14 July 2017

FRR2017 conference summary