You are here:

Le discours théologique a été  reconnu comme l’une des racines du  discours moderne relatif aux droits de l’homme. Les droits sont intimement liés à de nombreuses confessions. Les droits socio-économiques, le respect d’autrui, la justice et la dignité sont communs à nombreuses d’entre elles. Par ailleurs, au fil du temps, les acteurs religieux ont joué et continuent à jouer un rôle important dans la réponse aux crises humanitaires.

Le professeur Ahmed Shaheed, rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, a souligné qu’il ne fallait pas perdre de vue le risque de tensions entre la religion et les droits de l’homme, comme par exemple les nombreuses réserves religieuses formulées à l’égard des traités relatifs aux droits de l’homme. Il a également évoqué comment la peur et l’angoisse née de la mondialisation conduisent à plus d’intolérance fondée sur la croyance. Afin d’aller de l’avant, il a plaidé en faveur d’une meilleure connaissance des religions de la part de la communauté des défenseurs des droits de l’homme et d’une meilleure connaissance des droits par les acteurs religieux, de façon à ce que chaque groupe puisse mieux comprendre l’autre et ainsi mieux travailler ensemble.

Reconnaissant la nécessité de promouvoir et d’enseigner les droits de l’homme, Michael O’Flaherty a évoqué l’importance d’établir de solides alliances entre différents groupes confessionnels, celles-ci fondées sur des règles de base en vue d’une compréhension commune, Il considérait cela comme « une manière d’agir au niveau local, ce que les groupes de défense des droits de l’homme peinent à faire... Afin que les droits de l’homme parviennent à se faire une place dans la culture populaire, nouer des partenariats et coopérer avec une grande diversité de communautés religieuses semble nécessaire. »

Ila mis en avant l’importance de la réunion qui a rassemblé des experts internationaux en études religieuses et de droit relatif aux droits de l’homme, des penseurs religieux, des philosophes, des décideurs politiques et des représentants d’organisations internationales et non gouvernementales. Il a estimé que les discussions ne faisaient que commencer et s’est engagé à ce que l’agence trouve des moyens appropriés de poursuivre cette voie et de se pencher sur cette question de manière systématique.

La réunion d’experts du  12 et 13 septembre à Vienne était la dernière d’une série de réunions d’experts dont l’objectif était de trouver des moyens de recréer une éthique des droits de l’homme à travers l’UE, qui trouve écho dans tous les secteurs de la vie. D’autres réunions d’experts ont examiné les questions de la création d’un espace dans lequel la société civile puisse travailler sur les droits de l’homme, des droits de l’homme et de l’art, et d’une communication efficace en matière de droits de l’homme.