You are here:

« Ces personnes sont persécutées, ou risquent même la peine de mort, simplement en raison de leur orientation sexuelle », déclare Michael O'Flaherty, le Directeur de la FRA. « Le droit de l'UE garantit la sécurité à ceux qui fuient les persécutions, mais dans la pratique, les personnes LGBTI ne bénéficient pas de la protection dont elles ont tant besoin. Il importe de consentir davantage d’efforts pour garantir que l'UE soit un refuge pour ceux qui fuient leur pays d’origine par peur de perdre la vie. »

Dans ses législations et ses stratégies politiques, l'UE reconnaît la haine et la discrimination homophobes qui ont poussé de nombreuses personnes à rechercher l'asile sur ses côtes. La Cour de justice de l'UE a également fourni des orientations aux États membres dans ce domaine. En effet, ses arrêts ont contribué à clarifier les modes d’évaluation des demandes d'asile des personnes LGBTI, par exemple en stipulant que les personnes fuyant les pays qui érigent les relations avec une personne du même sexe en infraction remplissent les conditions pour bénéficier d'une protection internationale.

Toutefois, il reste encore beaucoup à faire, comme le révèle le rapport sur la situation en matière des droits de l'homme des demandeurs d'asile LGBTI qui entrent dans l'UE, que la FRA a publié récemment. De récents rapports concernant la rétention et le mauvais traitement d'un certain nombre d'hommes en raison de leur homosexualité présumée mettent l'accent sur la nécessité pressante d'intensifier les efforts dans ce domaine. De tels événements indiquent clairement que les gouvernements de l'UE doivent accélérer l'usage des visas humanitaires et les programmes de réinstallation des réfugiés, afin de porter assistance aux personnes LGBTI menacées de danger imminent dans leurs pays d'origine.

Il faut également des lignes directrices pour le personnel affecté à l'accueil des migrants aux frontières, les garde-frontières et les agents responsables en matière d'asile, pour s’assurer qu'ils disposent des compétences et connaissances nécessaires leur permettant d'évaluer les demandes d'asile des personnes LGBTI. Afin d'évaluer correctement les demandes, il est nécessaire de disposer de suffisamment de temps, et de formations qui remettent en cause les opinions stéréotypées concernant l'orientation sexuelle et l'identité de genre.

Au 21e siècle, il n'y a plus de place pour les préjugés et la persécution de quiconque sur la base de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre. Pour être à la hauteur de leurs engagements dans le domaine des droits de l'homme, l'UE et ses États membres peuvent et devraient améliorer de manière significative la protection qu'ils octroient aux demandeurs d'asile LGBTI, une protection à laquelle ils ont droit.