You are here:

L’année 2018 a également été marquée par le 25e anniversaire de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme ainsi que de la déclaration et du programme d’action de Vienne qui en ont découlé, deux événements qui ont sans doute insufflé l’élan nécessaire à la création de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Cette année, qui aurait dû être celle de la célébration de ces réalisations, a encore été marquée par une intolérance en constante progression et par des mises à l’épreuve des droits humains. Et pourtant, comme l’a déclaré Michael O’Flaherty, directeur de la FRA, devant la commission LIBE du Parlement européen en novembre, même en ces temps obscurs et très préoccupants pour la situation en matière de droits humains, il convient néanmoins «de se montrer résolument optimiste tout en restant réaliste et, assurément, de tenir le cap».

En 2018, l’agence s’est montrée à la hauteur des défis auxquels le monde des droits humains a été confronté par son vaste éventail d’activités, son dynamisme et ses nombreuses contributions. Elle a également désigné un nouveau comité scientifique, garant de la qualité des travaux de l’agence, dont le mandat a débuté en juin. Toutes ces mesures ont été prises dans un contexte de restructuration, la plus importante que l’agence ait jamais connue, afin de lui permettre de travailler plus efficacement, de mieux remplir son mandat et, aussi, de parvenir à un équilibre entre les femmes et les hommes au sein de l’équipe d’encadrement supérieur.

Il convient notamment de mentionner le Forum des droits fondamentaux 2018 qui s’est tenu en septembre à Vienne. Cet événement, le plus ambitieux jamais organisé par l’agence, a permis de réunir quelque 700 personnes, lesquelles ont participé à des discussions riches et variées et à des activités innovantes: un Ideathon, dans le cadre duquel des artistes ont exploré la puissance du recours aux émotions lorsqu’il s’agit de communiquer sur les droits humains, et une zone virtuelle illustrant la manière dont les outils numériques peuvent renforcer le pouvoir de la communication. Parmi les principaux résultats du Forum figuraient la déclaration du président et le document intitulé Les 10 clés de la FRA pour communiquer efficacement sur les droits humains, publié à l’occasion de cette manifestation.

En 2018, la migration est demeurée une question majeure pour l’agence, qui a continué à publier des mises à jour régulières sur la situation migratoire en Europe, ainsi qu’à fournir une expertise en ce qui concerne la situation dans les hotspots en Grèce et en Italie. En outre, le législateur de l’UE a confié à l’agence la tâche de participer au comité d’orientation sur les droits fondamentaux du nouveau système européen d’information et d’autorisation concernant les voyages (ETIAS), le cinquième instrument de droit dérivé de l’Union attribuant officiellement un rôle à l’agence.

Le soutien à la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), notamment en ce qui concerne les objectifs d’égalité (objectifs 5 et 10) et le renforcement des institutions (objectif 16), est également demeuré une priorité pour l’agence. La FRA étudie les moyens de soutenir l’UE et ses États membres en fournissant des éléments de preuve en ce qui concerne le suivi des progrès accomplis dans la réalisation des ODD. L’agence est déterminée à fournir une analyse des données et une expertise afin de contribuer à mesurer la mise en œuvre concrète des droits humains, comme l’a souligné le directeur dans son discours devant la Banque mondiale au mois de novembre.

Tout au long de l’année 2018, diverses études pionnières de la FRA et des outils innovants ont mis en évidence la nécessité de relancer la dynamique en faveur des droits humains.

Son rapport sur l’antisémitisme a fait apparaître un harcèlement répandu et tenace, qui laisse de nombreuses personnes de confession juive craindre pour leur sécurité et songer à émigrer. Une nouvelle base de données sur la haine à l’encontre des musulmans a fourni des informations, des rapports, des données et des ressources sur les problèmes rencontrés par les musulmans au sein de l’Union aujourd’hui. Le rapport de l’agence intitulé « Being Black in the EU » brosse le tableau d’une Europe du XXIe siècle raciste et en proie à d’incroyables préjugés, les personnes noires étant confrontées à des difficultés pour trouver un logement ou un emploi décent, simplement en raison de leur couleur de peau. Quant à son rapport sur l’antitsiganisme, il a révélé que les Roms d’Europe continuent à vivre au niveau des populations des pays les plus pauvres du monde en raison d’inégalités persistantes, avec pour conséquences de mauvaises conditions d’hygiène, la faim et le chômage des jeunes.

En outre, bon nombre d’organisations de la société civile, qui souvent défendent les personnes défavorisées et sous-représentées, subissent des menaces et des pressions dans de nombreuses régions de l’UE. Un rapport de la FRA a attiré l’attention sur les différents défis auxquels la société civile est confrontée, lesquels portent atteinte aux processus démocratiques et aux droits humains en Europe.

Plusieurs nouvelles publications ont également souligné les activités croissantes de l’agence sur les aspects liés aux droits fondamentaux dans les technologies numériques, qui touchent tous les aspects de la vie. Un guide actualisé sur le droit européen relatif à la protection des données aidera tout acteur dans ce domaine à mieux comprendre les récents changements survenus en la matière. Un Focus a étudié les possibilités de discrimination dans l’utilisation des mégadonnées pour la prise de décision automatisée, et la prise de décision automatisée figurait également dans le guide actualisé sur les moyens permettant d’éviter le profilage illicite.

Une liste complète de toutes les publications de la FRA en 2018 est disponible sur le site web de l’agence.

La FRA publiera un aperçu des activités prévues pour 2019 sur ce site web en début d’année.