You are here:

Le rapport intitulé Beyond the peak: challenges remain, but lmigration numbers drop (Après les niveaux record: les défis demeurent mais les nombres de migrants diminuent) est consacré à la situation des droits fondamentaux des personnes ayant sollicité une protection internationale en 2018. Il s’appuie sur les migration updates in selected EU Member States (collectes d’éléments nouveaux concernant la situation de la migration dans une sélection d’États membres de l’UE), collectes régulièrement menées dans quelques États membres de l’UE..

L'année passée, quelque 150 000 personnes ont franchi les frontières externes de l’UE de manière irrégulière; il s’agit du nombre le moins élevé depuis cinq ans. Le nombre de demandes d’asile a également diminué pour la troisième année consécutive.

Cette évolution à la baisse a réduit les retards accusés dans le traitement des demandes d'asile et a contribué à améliorer la capacité d’accueil dans quelques endroits de l’UE.

La situation reste néanmoins préoccupante.

Si le nombre des migrants continue à diminuer, ils restent nombreux à perdre la vie au cours du trajet , 2 275 décès on été signalés l’année passée. Les tentatives de la société civile de porter secours à des bateaux ont été contrecarrées par des interdictions d'accoster. Cela a eu pour conséquence que des migrants sont restés à bord plus longtemps que nécessaire, ce qui a compromis leur sécurité.

En outre, il a été signalé que des migrants, même des enfants, ont été maltraités aux frontières et se sont vu refuser l’entrée, en contradiction avec la réglementation.

La violence et la haine exprimée à l’égard des migrants demeurent un problème, les organisations internationales, les médias et la police dénoncent un nombre élevé d’agressions. Malgré cela, la criminalité inspirée par la haine est souvent imperceptible dans une large mesure, étant donné que nombre d’accidents ne sont pas signalés.

Dans certains endroits, on a enregistré une intolérance croissante envers les migrants. Cette situation n’a pas été améliorée par certains hommes politiques qui expriment des propos anti-migrants.

Le durcissement de la législation et des politiques en matière d'asile dans certains États membres constitue également un problème. Il se manifeste dans des domaines tels que les procédures d'asile, le droit à la réunification familiale, les conditions d’accueil et le bien-être des demandeurs d'asile. Dans certains cas, il a été demandé aux juridictions européennes d'évaluer si ces modifications restent conformes à la législation de l’UE.

La réglementation sur les règles de détention des migrants devient plus stricte. Cela a eu des conséquences négatives pour les enfants. Cela risquait d'affecter la législation internationale et de l’UE, lesquelles n’autorisent la détention d’enfants qu’en dernier recours et pour la durée appropriée la plus brève.