You are here:

Publication

Publication date: 6 April 2018

A persisting concern: anti-Gypsyism as a barrier to Roma inclusion

Les Nazis ont tué environ 500 000 Roms lors de l’Holocauste. Aucun homme, femme ou enfant rom n’a survécu dans le camp de concentration Auschwitz-Birkenau. Et sur les 25 000 personnes envoyées dans des camps en Transnitrie dans l’Union soviétique, seules 11 000 ont survécu.

Cet aspect largement oublié de l’Holocauste n’est rappelé que depuis 2009. Dix ans plus tard, la Journée de commémoration de l’Holocauste des Roms est une occasion de reconnaître et de commémorer la souffrance de milliers de Roms et de tirer des leçons du passé afin de construire un avenir meilleur pour les Roms d’aujourd’hui.

Même s’ils sont la plus grande minorité ethnique d’Europe, l’antitsiganisme, les crimes de haine, ainsi que le harcèlement et la discrimination motivés par la haine accablent toujours de nombreux Roms dans l’UE.

Une enquête de la FRA sur les Roms dans neuf États membres de l’UE indique que 36% d’entre eux ont été victimes de harcèlement motivé par la haine et 41% de discrimination au cours des cinq années précédant l’enquête.

Il est clair que les États membres doivent redoubler d’efforts pour lutter contre l’antitsiganisme et améliorer les perspectives et le niveau de vie des Roms.

Le passé devrait constamment nous rappeler les dangers encourus lorsque la haine reste impunie.

La Journée de commémoration de l’Holocauste des Roms a pour but de montrer que l’Europe ne tolère pas la persécution et la discrimination des Roms. Elle devrait stimuler l’engagement permanent de l’Europe en faveur de la promotion et de la protection des communautés roms dans l’ensemble de l’UE afin de les intégrer pleinement dans la société.