You are here:

Situation aux frontières

Dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, tous les pays de l’UE ont mis en place certaines restrictions aux frontières ou ont limité les déplacements. Les ONG ont dû suspendre leurs opérations de recherche et de sauvetage en mer afin de se conformer à la législation d’urgence. L’Italie, Malte et Chypre ont fermé leurs ports à la plupart des bateaux. Certains médias ont également signalé que les autorités chypriotes avaient repoussé un bateau comptant 175 Syriens à son bord, dont 69 enfants.

L’obligation de recherche, de sauvetage et d’octroi d’une autorisation de débarquer en lieu sûr sont des impératifs du droit international.

Procédure d’asile et permis de séjour

Les interdictions de voyager, ainsi que d’autres mesures d’urgence, ont entraîné une baisse de 43 % du nombre de demandes d’asile en mars 2020. En raison de la pandémie, de nombreux pays ont suspendu les procédures d’asile. En Suède, les structures de demande d’asile sont restées ouvertes et des mesures ont été prises pour garantir la santé et la sécurité. Le Danemark a remis en vigueur des mesures de réinstallation des réfugiés.

Plusieurs pays (Croatie, France, Grèce, Hongrie, Italie, Macédoine du Nord et Pologne) ont autorisé certains ressortissants de pays tiers dont le permis de séjour avait expiré à rester légalement dans le pays jusqu’à la fin de la pandémie.

Situation dans les centres d’accueil

De nombreuses organisations se sont alarmées des conditions déplorables qui règnent dans les centres d’accueil, par exemple à Chypre, en Grèce, en Italie ou à Malte, ainsi que dans des camps clandestins situés en France, en soulignant qu’elles empêchent la prévention des contaminations. Le manque d’informations disponibles en différentes langues sur les mesures relatives à la COVID-19 représente aussi un problème dans l’ensemble de l’UE.

Pour les pays qui reçoivent un grand nombre d’arrivées, la relocalisation des réfugiés peut constituer une mesure importante de solidarité européenne.

Protection des enfants

De nombreux enfants ont continué à vivre dans des conditions précaires et de promiscuité qui compliquent la bonne mise en œuvre des mesures de lutte contre l’épidémie COVID-19.

Placement en rétention et retour

Les conditions de vie inadaptées et la surpopulation qui caractérisent les centres de rétention et de retour ont suscité de graves préoccupations. En Italie, des personnes en rétention ont entamé une grève de la faim pour protester contre le risque de propagation du virus à l’intérieur du centre. En Belgique, certains centres ont commencé à remettre en liberté des personnes en rétention, les laissant tout bonnement sans assistance ni solution d’accueil.

En outre, de nombreux pays ont suspendu les transferts au titre du règlement de Dublin.

Évolution de la législation

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) estime que la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie enfreignent le droit de l’UE en refusant de se conformer au mécanisme temporaire de relocalisation qui vise à répartir les réfugiés ente les pays de l’UE sur la base d’un système de quotas.

Contexte :

Ce dernier bulletin trimestriel sur la migration couvre la période allant du 1er janvier au 31 mars 2020. En outre, la première section du rapport couvre l’évolution de l’épidémie COVID-19 jusqu’au 30 avril 2020.

La FRA collecte régulièrement des données sur la migration depuis septembre 2015.

Consulter les rapports trimestriels précédents sur la migration>>

Évaluation des bulletins trimestriels sur la migration de 2020

Afin de nous aider à améliorer notre travail, nous sommes désireux de connaître votre avis au sujet de nos rapports sur la migration. Nous vous serions reconnaissants de compléter une brève enquête. Répondre à ces 10 questions ne devrait pas vous prendre plus de 5 minutes. La participation à cette enquête est anonyme et facultative ; votre avis compte beaucoup à nos yeux.

Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir y répondre pour le 19 juin 2020 au plus tard.