Que signifie être transgenre dans l’UE aujourd’hui ?

09/12/2014
Un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) révèle la réalité alarmante qu’est la vie d’une personne transgenre dans l’UE aujourd’hui. La violence et la discrimination sont des faits courants. De nombreuses personnes transgenres cachent leur identité, sont marginalisées et vivent dans l’isolement, voire dans la peur.

« Chaque personne a le droit d’être elle-même. Cependant, dans les faits, de nombreuses personnes transgenres vivent dans la peur, parce que nos sociétés sont souvent intolérantes et méconnaissent les personnes transgenres et leurs besoins », affirme le directeur de la FRA, Morten Kjaerum. « Nos recherches montrent que les personnes transgenres vivent sensiblement mieux dans les États membres qui sont conscients des problèmes et qui ont élaboré des politiques pour protéger et soutenir les personnes transgenres. L’UE et tous les États membres devraient faire de même afin que toutes les personnes transgenres puissent être elles-mêmes dans tous les domaines de la vie. »

S’appuyant sur les réponses à l’enquête de la FRA sur les personnes LGBT, le rapport met en évidence le fait que les personnes transgenres sont souvent victimes de discrimination et de victimisation, de harcèlement et de mépris. Voici quelques problèmes qui touchent particulièrement les personnes transgenres :

  • Des violences récurrentes : Plus de deux répondants transgenres sur cinq qui ont été victimes de violences indiquent que ces actes ont eu lieu trois fois ou plus durant la période de référence. Ce constat souligne la nécessité d’améliorer les politiques de lutte contre la violence et le harcèlement motivés par la haine, en protégeant tout particulièrement les personnes transgenres contre les crimes de haine transphobes et en sensibilisant les forces de police à la manière de traiter ces crimes.
  • La crainte d’être soi-même : Un tiers des répondants transgenres évitent d’exprimer leur identité de genre par leur apparence ou leur façon de s’habiller par peur d’être agressés, menacés ou harcelés. Pour la même raison, la moitié des répondants transgenres évite certains lieux, en particulier les lieux publics, tels que la rue, les parcs ou les parkings. Près d’un répondant sur cinq évite d’être lui-même, même à son domicile. L’action de l’UE et les réponses nationales devraient être renforcées et traiter de l’identité de genre et de l’expression de genre afin de mieux protéger les personnes transgenres. Les États membres devraient également assurer la reconnaissance juridique du genre dans les documents d’identité, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une intervention médicale ou à un divorce, afin d’aider les personnes transgenres à jouir de leurs droits fondamentaux.
  • La discrimination dans l’emploi, l’éducation et les soins de santé : Un répondant sur trois s’est senti victime de discrimination lors de la recherche d’un emploi ou sur son lieu de travail. Ce constat met en évidence la nécessité de veiller à ce que les lois anti-discrimination incluent expressément l’identité de genre. Les employeurs devraient envisager une formation à la diversité afin d’améliorer la connaissance des questions transgenres. Les écoles devraient offrir un environnement sûr pour les élèves transgenres et fournir des informations objectives sur l’identité de genre et l’expression de genre. Dans les services de santé, les professionnels de la médecine devraient être conscients des besoins des personnes transgenres en la matière.

L’analyse montre également que les personnes transgenres qui sont jeunes, sans-emploi, ou issues des couches les plus pauvres de la population, sont plus susceptibles de faire l’objet de discrimination, de harcèlement et de violence.

Le rapport démontre également que lorsque les plans d’action, les mesures positives et les politiques d’égalité contre la discrimination sont bien conçus et bien en place, les personnes transgenres sont plus libres et peuvent mieux vivre leur identité.

Pour lire le rapport, voir : Being Trans in the European Union : Comparative analysis of the EU LGBT survey data [Être transgenre dans l’UE : Analyse comparative des données de l’enquête sur les personnes LGBT dans l’UE]

Pour en savoir plus, veuillez contacter : media@fra.europa.eu / Tél. : +43 158030-642

Notes aux éditeurs :

  • L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) a pour mission de fournir des avis fondés sur des éléments de preuve aux décideurs nationaux et de l’UE, contribuant ainsi à des débats et des politiques plus informés et mieux ciblés sur les droits fondamentaux.
  • Plus de 93 000 personnes LGBT, âgées de 18 ans ou plus et originaires de toute l’UE, ont répondu à l’enquête en ligne. Parmi elles, 6 597 personnes se sont présentées comme transgenres. Pour en savoir plus sur la méthodologie de l’enquête, consultez le rapport technique.
  • Dans ce rapport, le terme « transgenre » est utilisé pour désigner les personnes dont l’identité de genre et/ou l’expression de genre diffère du sexe qui leur a été assigné à la naissance. Ce terme peut couvrir de nombreuses identités de genre. L’enquête a énuméré plusieurs sous-catégories : personnes transsexuelles, transgenres, travesties, ayant une variance de genre, homosexuelles ou ayant une identité de genre différente.
  • Depuis 2007, la FRA mène des études socio-légales sur les droits fondamentaux des personnes LGBT. Voir la section « LGBT » pour plus d’informations.
Downloads: 

Communiqué de presse - Que signifie être transgenre dans l’UE aujourd’hui ?

[pdf]de en fr (583.63 Ko)