Le non-signalement de la violence à l’égard des femmes masque la véritable ampleur du problème

14/02/2014
Deux tiers des femmes victimes de violences physiques et/ou sexuelles n’ont pas contacté la police ou tout autre service à la suite du fait de violence le plus grave qu’elles aient subi, révèle une enquête de la FRA.

Bien souvent, les chiffres officiels ne reflètent donc pas l’ampleur du problème, ce qui souligne le besoin de sensibiliser davantage à ce sujet. « L’enquête de la FRA a révélé des niveaux choquants de violence à l’égard des femmes dans l’UE », a déclaré le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum, sur le site V-Day, en soutien au mouvement mondial pour faire cesser la violence à l’égard des femmes. « 42 000 femmes nous ont confié leurs expériences de violences dans leur foyer, au travail, en public et sur internet. Leurs voix collectives soulignent le besoin urgent de donner aux femmes les moyens de parler de ce problème bien trop courant et de le signaler, afin que les autorités puissent prendre les mesures nécessaires pour contribuer à mettre un terme à la violence à l’égard des femmes »“