Pour de nombreuses personnes roms, la vie dans l’Union européenne est semblable à la vie dans les pays les plus pauvres du monde

06/04/2018
Piètres conditions sanitaires, faim, chômage des jeunes... Tels sont les problèmes de base auxquels les Roms sont confrontés au quotidien dans l’UE. L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne fait ce constat dans son tout dernier rapport, dans lequel elle souligne les inégalités persistantes qui, depuis longtemps, frappent durement les Roms dans de nombreux pays d’Europe, l’une des régions les plus riches du monde.

« L’antitsiganisme, qui va de la discrimination aux crimes de haine, alimente le cercle vicieux de l’exclusion des Roms. Ils sont ainsi traités de façon stéréotypée, comme des parias de la société, ce qui est intolérable » déclare le directeur de la FRA, Michael O’Flaherty. « Nous devons briser ce cercle vicieux. Alors pourquoi ne pas commencer par ce qui est évident, autrement dit faire en sorte que chaque Rom ait les mêmes possibilités que les autres citoyens de l’UE ? »

Le rapport intitulé « A persisting concern: anti-Gypsyism as a barrier to Roma inclusion » (Une préoccupation persistante : l’antitsiganisme, obstacle à l’inclusion des Roms) révèle que les États membres n’atteignent toujours pas la plupart de leurs objectifs d’intégration, malgré les efforts consentis jusqu’à présent. Il s’agit d’un élément essentiel du cadre de l’UE pour les stratégies nationales d’intégration des Roms adopté en 2011. Voici quelques domaines qui suscitent des préoccupations particulières.

  • L’antitsiganisme demeure répandu, un Rom sur trois rapportant avoir été victime de harcèlement. Les États membres doivent reconnaître et surveiller ce phénomène, et adopter des mesures efficaces afin de lutter contre les crimes de haine et les discours haineux qui le caractérisent.
  • Les conditions de vie de nombreux Roms de l’UE n’ont pas beaucoup évolué entre 2011 et 2016. 80 % des Roms sont exposés au risque de pauvreté, contre une moyenne de 17 % dans l'UE. 30 % d’entre eux vivent dans des ménages sans eau courante. Leur accès à l’eau potable est souvent comparable à celui des personnes vivant au Ghana ou au Népal. De telles conditions sapent tout progrès dans les domaines de l’éducation, de la santé ou de l’emploi. Il est donc nécessaire de redoubler d’efforts pour réduire la pauvreté, y compris pour éliminer la ségrégation en matière de logement, améliorer l’accès aux services d’utilité publique tels que l’électricité et l’eau, et créer davantage de logements sociaux.
  • L’éducation a connu une amélioration dans certains États membres, mais des lacunes persistent. Plus de 50 % des jeunes enfants roms reçoivent un enseignement pré-élémentaire, un taux souvent très inférieur à celui des enfants du même âge qui n’appartiennent pas à la communauté rom. S’agissant des taux d’éducation préscolaire, les Roms de l’UE se trouvent dans une situation similaire à celle des habitants de Porto Rico. Les États membres devraient donner accès à une éducation de qualité, fournir une assistance à l’apprentissage afin de compenser les piètres conditions de vie de nombreux élèves roms, et leur apporter un soutien ciblé à tous les stades de leur éducation.
  • Le chômage des jeunes : la part des jeunes Roms âgés de 16 à 24 ans, en particulier les femmes qui n’occupent aucun emploi, qui ne bénéficient d’aucune éducation ou qui ne suivent aucune formation, demeure élevée par rapport à la population générale. Il est nécessaire que les États membres stimulent l’emploi, en particulier pour les jeunes Roms, par exemple en offrant des formations en cours d’emploi, des stages et des apprentissages. Les Roms devraient aussi bénéficier d’un accès ciblé qui les aiderait à monter leur propre entreprise.

Ce rapport alimentera le débat sur l’inclusion future des Roms dans l’UE, étant donné que le cadre européen existant arrivera à son terme en 2020. Mesurant l’incidence des actions existantes au fil des années et replaçant le dénuement des Roms dans le contexte mondial en effectuant une comparaison avec d’autres pays, ce rapport aidera l’Union européenne et ses États membres à jauger leur engagement en faveur des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Pour plus d’informations, veuillez contacter : media@fra.europa.eu / Tél. : +43 1 580 30 642

Downloads: 

Communiqué de presse : Pour de nombreuses personnes roms, la vie dans l’Union européenne est semblable à la vie dans les pays les plus pauvres du monde

[pdf]bg cs da de el en es et fi fr ga hr hu lt lv mt nl pl pt ro sk sv (248.8 Ko)