Comment améliorer l’insertion des Roms à l’échelle locale

Le 28 mars dernier s’est tenu à Bruxelles un événement visant à dresser le bilan des efforts déployés pour favoriser l’intégration des Roms, l’occasion de dégager les grandes tendances sur ce qui fonctionne et ne fonctionne pas dans ce domaine.

Ces tendances sont issues des recherches de l’Agence réalisées dans 21 régions parmi 11 États membres de l’UE. Ces travaux de recherche consistaient à faire participer tant la population rom que les autorités locales de manière à comprendre les raisons pour lesquelles bon nombre des efforts en faveur de l’intégration des Roms ne débouchent pas sur des résultats tangibles. Ils visaient également à définir les pratiques fructueuses en matière d’insertion sociale sur le plan local.

Parmi les principaux points évoqués, il est ressorti ce qui suit :

  • Développer la confiance – après des années de discrimination, de pauvreté et d’exclusion sociale, après de nombreux et vains efforts d’insertion, la gestion des attentes de la population rom et l’instauration d’un climat de confiance en son sein apparaissent comme des éléments incontournables pour une intégration réussie. Il s’agit pour ce faire de tenir tous les membres de cette communauté informés et de déterminer quels sont leurs principaux besoins.
  • Participation substantielle – la participation peut se présenter sous les formes les plus diverses, allant d’une simple invitation aux réunions à une contribution à la mise en œuvre d’actions. Mais quelle qu’en soit la forme, la participation des Roms doit se faire sur un pied d’égalité, et non à titre purement symbolique. En ce sens, il est important de convenir d’objectifs spécifiques qui produiront des résultats concrets significatifs, tout en permettant d’assurer une participation locale de la communauté rom et en l’incitant à poursuivre son engagement.
  • Donner des moyens d’action aux populations - donner aux Roms une chance de prendre part au dialogue avec les autorités locales, c’est leur donner les moyens de faire valoir leurs droits. Être à l’écoute de l’autre permet une compréhension commune et une meilleure gestion des attentes. C’est ainsi que l’on peut venir à bout des stéréotypes et que les Roms se sentiront respectés et défendront leurs droits.
  • Tirer les enseignements du passé – une meilleure compréhension des raisons à l’origine des réussites et des échecs peut contribuer à élaborer les efforts à consentir. Le fait de tirer les enseignements des expériences passées, de reconnaître ce qui a échoué hier et les raisons d’un tel échec permet de relever les défis et d’ajuster les projets, politiques et approches de demain. À terme, cela permet d’améliorer les chances de réussites.

Ces travaux de recherche ont permis de recueillir un grand nombre d’informations sur l’insertion sociale des Roms et sur les mesures d’intégration à leur égard sur le terrain. Ils révèlent d’ores et déjà l’importance d’adopter une approche plus ciblée, au cas par cas, qui tienne compte des besoins de chaque communauté plutôt que d’avoir recours à une solution globale valable pour tous.

Le 26 avril prochain, l’Agence publiera les études de cas réalisées dans 21 régions ainsi que les vidéos qui les illustrent. Elles révéleront les différents contextes locaux, notamment les besoins spécifiques et les défis à relever, les efforts réalisés pour promouvoir l’insertion et les différentes réussites.

Ensemble, elles permettent d’illustrer les aspects critiques qui doivent être pris en considération pour une meilleure utilisation de l’argent, des ressources et des efforts et pour l'élaboration de politiques plus efficaces permettant véritablement d’améliorer le sort des Roms dans l’UE.

Ces conclusions permettront d’alimenter une analyse de plus grande envergure qui sera publiée en 2018.

Cet événement sous forme d’état des lieux avait pour but de contribuer à l’évaluation à moyen terme par l’UE de son cadre pour les stratégies nationales d’intégration des Roms. Cette discussion devrait permettre d’améliorer la situation pour les années de mise en œuvre restantes, à savoir jusqu’en 2020, et contribuer à mieux définir les politiques de l’UE à l’égard des Roms au-delà de 2020.

La discussion s’inscrivait dans le cadre d’une série d’événements liés à la semaine de l’UE dédiée aux Roms, qui aura pour point d’orgue la Journée internationale des Roms célébrée le 8 avril.