Dire non à la violence à l’égard des femmes

De récentes allégations émanant du monde entier ont une fois encore mis en avant des problèmes que de nombreuses femmes connaissent depuis longtemps : la violence, le harcèlement et la haine à leur égard, qui font partie de leur quotidien. Alors que la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est célébrée le 25 novembre, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) s’associe à la campagne de l’UE #SayNoStopVAW et à la campagne mondiale #metoo afin de contribuer à mettre un terme à la violence très répandue dont sont victimes des millions de femmes.

En 2014, une enquête de la FRA a révélé que les violences envers les femmes étaient très rependues dans toute l’UE. Cette enquête, la plus vaste et la plus exhaustive de ce type réalisée à ce jour, a suggéré que plus de 62 millions de femmes auraient déjà souffert de violences physiques et/ou sexuelles dans l’UE. Ces violences affectent les femmes dans tous les domaines de la vie, à tous les niveaux, que ce soit en ligne ou hors ligne, chez elles ou sur leur lieu de travail, de même que dans la rue.

Le document récemment élaboré par l’agence a mis en avant de nouvelles preuves des différentes formes de préjugé, de mépris et de haine à l’égard des femmes et des jeunes filles dans les États membres de l’UE. Ce document a été compilé pour l’édition 2017 du colloque annuel sur les droits fondamentaux de la Commission européenne, qui, cette année, mettait l’accent sur les droits des femmes. Il vient renforcer la valeur probante de nombreuses autres enquêtes qui dressent toutes un tableau alarmant de la violence quotidienne qui sévit partout. Il montre également en quoi la violence limite gravement la capacité des femmes à participer à la société sur un pied d’égalité et à jouir de leurs droits.

Si l’UE et ses États membres demeurent déterminés à combattre la violence à l’égard des femmes, celle-ci ne peut être éradiquée sans investir dans la lutte contre la discrimination structurelle, dans la promotion de l’égalité entre les genres et dans le changement des attitudes sociétales dont sont victimes les femmes et les jeunes filles ainsi que des stéréotypes profondément enracinés dont elles font l’objet. Le récent document de la FRA et le rapport de l’enquête suggèrent d’éventuelles voies à suivre afin de promouvoir l’égalité entre les genres et de lutter contre toutes les formes de violences de ce type.

Ils suggèrent, par exemple, de promouvoir l’égalité entre les genres par le biais de l’éducation afin de contribuer à changer les attitudes, et de donner aux organismes de promotion de l’égalité les moyens d’agir afin qu’ils luttent également contre la violence à l’égard des femmes.

Cependant, il est nécessaire que l’UE et les États membres prennent dès à présent des mesures décisives. Ce n'est qu'alors que nous pourrons commencer à faire de l’égalité entre les genres une réalité et à permettre aux femmes et aux jeunes filles de vivre dans un monde exempt de violences fondées sur le genre. Dire non afin de mettre un terme à la violence à l’égard des femmes constitue déjà un grand pas en avant dans la remise en cause des attitudes sociétales qui permettent à ces violences d’avoir cours.

See also: