Les lacunes persistantes dans la collecte de données relatives à l’antisémitisme sont une entrave au progrès

À l’occasion de la commémoration des pogroms antisémites de la « Nuit de cristal » qui ont eu lieu le 9 Novembre 1938, l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA) souligne dans son dernier aperçu annuel des données relatives à l'antisémitisme dans l'Union européenne, la persistance des problèmes posés par la quantité limitée des données, car sans elles, les efforts entrepris pour lutter contre l’antisémitisme ne seront pas ciblés et resteront généraux.

Ce dernier rapport, intitulé Antisemitism : Overview of data available in the European Union 2006–2016 (Antisémitisme : aperçu des données disponibles dans l’Union européenne 2006-2016), indique que dans 11 États membres de l’UE, les données officielles relatives aux incidents à caractère antisémite signalés en 2016 n’étaient pas disponibles. Le très faible nombre de plaintes déposées par les victimes, combiné à la diversité des méthodes nationales de collecte de données, compromettent les efforts pour comprendre l’étendue, la nature et les caractéristiques de l’antisémitisme à travers l’UE, données dont les décideurs politiques ont besoin.

Des enquêtes concernant la population Juive et la population en général ont néanmoins été menées dans certains États membres, bien qu’elles aient utilisé des approches différentes. Combinées aux données existantes, ces enquêtes montrent que l’antisémitisme reste un sujet de vive préoccupation qui exige que davantage de mesures soient prises.

Par conséquent, il est essentiel de redoubler d’efforts pour lutter contre le faible signalement en encourageant les victimes et les témoins à signaler l’antisémitisme et à porter plainte. En outre, les autorités doivent également être dotées de systèmes permettant l’enregistrement des incidents à caractère antisémite.

Il y a également lieu d’améliorer la collecte de données relatives aux crimes de haine, y compris l’antisémitisme au niveau national. Dans ce contexte, le recueil de pratiques pour lutter contre les crimes de haine de la FRA, qui présente des exemples de la manière dont certains États membres enregistrent les crimes de haine, pourrait s'avérer utile. La FRA aide également les États membres à améliorer l’enregistrement et la collecte des données sur les crimes de haine au sein du groupe de haut niveau de l’Union européenne sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et d’autres formes d’intolérance.

Des enquêtes nationales sur la victimisation, semblables à celle que l’Agence a menée auprès des personnes juives dans l'UE en 2012, et qu’elle répétera en 2018, peuvent également guider les États membres dans la lutte contre l’antisémitisme.

L’éducation a aussi un rôle essentiel à jouer pour favoriser la tolérance et lutter contre les préjugés. L’éducation civique, ainsi que les leçons tirées du passé et son enseignement, devraient faire partie des programmes scolaires. Cela contribuerait à promouvoir la diversité, la tolérance et le respect d’autrui dès le plus jeune âge. Cela susciterait de l’empathie, favoriserait la compréhension et le dialogue interculturel et permettrait de mettre un terme à la bigoterie enracinée.

En redoublant d’efforts pour encourager le signalement et le dépôt de plainte, pour améliorer les données, et pour promouvoir la compréhension, les États membres peuvent faire avancer de manière efficace la prévention et la lutte contre l’antisémitisme.

Le rapport mis à jour regroupe les données disponibles concernant les incidents à caractère antisémite recueillies par des sources internationales, gouvernementales et non gouvernementales, du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2016. Aucune donnée officielle concernant les incidents à caractère antisémite signalés en 2016 n'était disponible pour la Bulgarie, la Chypre, l'Estonie, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lituanie, Malte, le Portugal, la Slovénie et la Suède au moment de la rédaction du rapport.

Ce rapport est le dernier d'une série de rapports annuels sur la collecte de données sur l'antisémitisme, publiés par la FRA et par l’organe qui l’a précédé, l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC).