Une protection plus efficace dans les hotspots migratoires pour préserver de la traite des êtres humains

© yupachingping / Adobe Stock
© yupachingping / Adobe Stock
La traite des êtres humains reste une vive préoccupation dans l’Union européenne. C’est également l’un des défis en matière de protection dans les hotspots migratoires où diverses initiatives ont comme objectif d’aider à faire face à ce phénomène.

À la veille de la Journée européenne de lutte contre la traite des êtres humains, le 18 octobre, l’Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA) appelle à l’adoption de garanties plus strictes dans les hotspots en ce qui concerne la lutte contre la traite des êtres humains. Elle souligne certaines des difficultés rencontrées et des mesures prises sur ces sites pour soutenir les efforts à l’échelle de l’UE en matière de lutte contre la traite des êtres humains dans le contexte migratoire.

Au cours de ses visites régulières dans les hotspots grecs et italiens, l’Agence a préconisé d'accorder davantage d'attention au sujet de la traite des êtres humains. C’est une question centrale d’autant plus qu’un nombre croissant de femmes seules et de filles non accompagnées arrivent en Italie en provenance des principaux pays à risque. En Grèce, les hotspots sont de plus en plus surpeuplés, affectant la sécurité des personnes. Dans de nombreux États membres de l’UE, des enfants non accompagnés continuent de disparaître avec un risque accru de tomber entre les mains de trafiquants.

Des mesures importantes ont été prises par différents acteurs intervenant sur le terrain. En Grèce par exemple, en juin dernier, des Procédures Opérationnelles Normalisées pour la prévention et l'intervention en matière de violence sexuelle et fondée sur le genre ont été mises au point. Elles facilitent la prise en charge commune pour femmes, hommes, garçons et filles à risque, y compris les victimes de la traite des êtres humains. Des activités de renforcement des capacités ont été intensifiées, avec l’accent mis sur la traite des êtres humains dans les hotspots, avec une série d’ateliers organisés par Frontex pour les agents de contrôle déployés, la police hellénique, l’Agence de l'UE pour la coopération des services répressifs (Europol) et d’autres acteurs actifs dans le domaine. En Italie, les conseils ciblés pour les nouveaux arrivants à risque, les changements apportés au système de tutelle et une meilleure disponibilité dans les centres d’accueils pour les enfants non accompagnés, se sont traduits par des séjours de plus courte durée pour les enfants dans les hotspots, ainsi que par une meilleure protection.

Toutefois, il convient de veiller en permanence à la prévention et à la lutte contre la traite des êtres humains et d’autres formes de violence sexuelle et de violence fondée sur le genre. Des garanties plus solides dans le domaine de la protection dans les hotspots sont nécessaires pour fournir aux victimes de la traite des êtres humains une assistance et une protection appropriées, spécifiques au genre et adaptées aux enfants. Cela inclut :

  • améliorer les procédures destinées à l’identification des personnes et de leur vulnérabilité afin d’assurer un appui en temps opportun et une prise en charge des victimes de la traite des êtres humains, mettant particulièrement l’accent sur les groupes vulnérables, les femmes et les enfants ;
  • continuer à offrir des mesures d’orientation et de formation au personnel de première ligne, y compris les officiers de police et les garde-frontières, sur l'identification de victimes potentielles de la traite des êtres humains. À cela pourrait également s’ajouter comment traiter les enfants traumatisés de la manière la plus adéquate.
  • coopérer avec des groupes de soutien qui peuvent offrir une assistance spécifique telle que l’identification, le conseil ou le soutien aux victimes ;
  • Fournir des garanties spécifiques pour les enfants non accompagnés en les plaçant dans des structures d’accueil spécialisées, appropriées pour tenir compte de leurs besoins particuliers. Il convient également d’adopter un système de tutelle cohérent axé sur la nécessité de préserver l'intérêt supérieur des enfants non accompagnés ;
  • Assurer l’allocation des abris tout en étant sensible à la dimension du genre, déployer des patrouilles de police mixtes (hommes-femmes) de nuit dans les hotspots, et garantir un accès aux installations sanitaires sécurisées et bien éclairées pour prévenir toute nouvelle victimisation.

De telles garanties pourraient largement contribuer aux efforts de lutte contre la traite des êtres humains et de sensibilisation à l’échelle de l’UE, ceux-ci n’étant que quelques objectifs de la Journée européenne de lutte contre la traite des êtres humains.