Justice et protection des femmes victimes de violences domestiques

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre, nous rappelle qu’il convient de redoubler d’efforts pour garantir la protection immédiate des femmes victimes de violences domestiques et pour leur donner un accès immédiat à la justice.

Les violences domestiques à l’égard des femmes, qu’elles soient de nature physique, sexuelle ou psychologique, demeurent un problème de la plus haute urgence pour les droits fondamentaux dans l’Union européenne et ses États membres.

Ces violences laissent à celles qui en sont victimes des traumatismes physiques et des séquelles psychologiques. Elles représentent également une violation de leurs droits fondamentaux, étant donné que l’égalité, la dignité et l’accès à la protection et à la justice sont compromis.

La FRA a voulu évaluer la manière dont les victimes sont soutenues, et leurs droits respectés. Pour en savoir plus, elle a effectué des enquêtes dans sept États membres de l’UE. Elle a dressé un bilan de la façon dont la police et les services d’aide spécialisés réagissent lorsque les femmes signalent des abus.

À cette fin, des entretiens ont été menés avec le personnel d’organisations d’aide aux victimes, des avocats conseillant les victimes, des officiers de police, des procureurs ainsi que des juges aux affaires pénales. La FRA a également interrogé plus de 80 victimes adultes de violences criminelles afin de recueillir leur avis.

Les conclusions préliminaires montrent qu’il est urgent de protéger les femmes contre les agressions et abus répétés.

Elles montrent également qu’il est nécessaire que l’UE et les États membres qui ne l’ont pas encore fait ratifient la convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique.

De même, elles soulignent l’urgence de prévoir des mesures de protection rapide et un accès immédiat des femmes à la justice afin de lutter contre les abus.

Pour marquer cette Journée internationale, l’UE et ses États membres devraient redoubler d’efforts pour protéger les droits fondamentaux de toutes les victimes qui, dans l’ensemble de l’Union, subissent des violences domestiques et des abus.