Le durcissement des politiques migratoires reste d’actualité au sein de l’UE

Selon le dernier rapport de l’agence sur les questions de droits fondamentaux liées à la migration, les droits fondamentaux restent compromis parce que certains gouvernements continuent de suivre une ligne dure en matière de migration. Le rapport fait état d’un durcissement de la législation et des politiques, de heurts aux frontières, de conditions d'accueil médiocres et d’une intensification des crimes de haine.

Découvrez les faits marquants en novembre 2018 >>

Le rapport examine la situation dans 14 États membres de l’UE. Une fois de plus, il attire l’attention sur la surpopulation et la précarité qui règnent en particulier dans les centres d'accueil situés dans les îles grecques. Ainsi, l’île de Lesbos a accueilli un nombre de demandeurs d’asile six fois supérieur à sa capacité officielle. En raison de ces conditions, certains centres se voient infliger des pénalités financières ou menacer de fermeture.

En France, il subsiste des campements illégaux, dans lesquels les conditions de vie empirent. En Espagne, les demandeurs d’asile de Melilla et Ceuta ne sont pas autorisés à se rendre en Espagne continentale sans autorisation.

De plus, les fluctuations de la législation en matière de migration rendent plus ardues les démarches des migrants demandeurs d'asile.

En Italie par exemple, les réformes de la politique en matière d'asile ont supprimé la protection pour des motifs humanitaires et empêchent désormais les demandeurs d'asile d’obtenir le statut de résident légal. Si le Parlement les avalise, le 4 décembre, ces réformes resteront en vigueur. La probabilité d’être placé en rétention ou rapatrié augmentera et il est probable que les demandeurs d'asile auront plus de difficultés à accéder aux services locaux, tels que la formation.

La nouvelle réglementation adoptée en Hongrie prévoit que les demandes d'asile sont irrecevables si les demandeurs arrivent d'un pays où ils ne subissent pas de persécutions. Ces nouvelles règles affecteront de nombreux migrants, étant donné que ceux-ci pénètrent souvent dans l’UE par la Serbie. En Suède, des inquiétudes subsistent en raison des restrictions des conditions d’octroi de permis de résidence aux réfugiés et des limitations du regroupement familial applicables jusqu’à la fin de 2019.

Des actes de maltraitance envers des migrants aux frontières ont été signalés. Les polices croate et hongroise ont fait usage de la force pour refouler des migrants et, en Pologne, les demandeurs d’asile se sont vu refuser l’accès aux points de passage avec la Biélorussie et l’Ukraine.

En Grèce, 12 700 migrants ont pénétré dans la région de l’Evros par la voie terrestre, ce chiffre est le double de celui enregistré en 2017. On dénombre au moins 40 décès ; de nombreux migrants ont trouvé la mort par noyade dans les courants rapides du fleuve Evros.

En outre, des contrôles aux frontières internes de pays voisins au sein de l’UE ont engendré des tensions. Dans certains cas, ces contrôles ont été contestés pour leur caractère anticonstitutionnel.

La résurgence de la violence discriminatoire en Bulgarie, en Allemagne, en Espagne, en Finlande, en Grèce, en Hongrie, en Italie et en Pologne constituent un autre phénomène alarmant. 

L’agence recueille des données sur la situation en matière de droits fondamentaux des personnes arrivant dans les États membres particulièrement concernés par d’importants mouvements migratoires. Ce rapport porte sur les 14 États membres suivants : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne et Suède.

La FRA publie ses panoramas de la migration depuis septembre 2015.