Mettre fin à la haine envers les musulmans : une boîte à outils pour l’Europe

L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) vient de lancer un outil en ligne pour contribuer à la lutte contre la haine envers les musulmans. Cet outil consiste en une base de données facile à utiliser qui met à disposition des informations sur les crimes de haine, les discours de haine et la discrimination à l’égard des musulmans dans l’ensemble de l’Union européenne.

Compte tenu des préoccupations au sujet des incidents visant des musulmans, cette base de données aidera les États membres dans leur lutte contre la haine envers les musulmans. Elle vise à élargir la base de connaissances à la disposition des praticiens et des décideurs politiques pour l’élaboration de réponses plus efficaces.

La base de données rassemble des informations sur la jurisprudence et les décisions pertinentes aux niveaux international, européen et national, régional et local portant sur les crimes de haine, le discours de haine et la discrimination à l’égard des musulmans. Elle inclut le raisonnement, les conclusions et les considérations des juridictions, ainsi que les faits principaux pour chaque affaire.

Elle contient également des décisions, rapports et conclusions d’organisations et d’organes nationaux, européens et internationaux pertinents de défense des droits de l’homme et de lutte pour l’égalité. De plus, les utilisateurs peuvent accéder à des recherches, des rapports, des études, des données et des statistiques sur ces sujets.

En offrant un aperçu unique « grand public » des services d’assistance aux victimes dans les 28 États membres de l’Union européenne, la base de données permet d’orienter en outre les victimes vers des informations, une assistance et une protection adéquates.

Les informations collectées couvrent la période 2012-2017.

Elles sont ventilées par pays et par mot clé pour en faciliter l’utilisation.

Cet outil se fonde sur des travaux connexes réalisés par des tiers et vient les compléter. Parmi eux figurent les organes des Nations Unies, le Conseil de l’Europe, ainsi que le système de signalement en ligne des crimes de haine du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).