EU-MIDIS Données en bref 6: Les minorités en tant que victimes de la criminalité

November
2012
Ce 6e EU-MIDIS "Données en bref" rend compte des données portant sur les expériences des personnes interrogées en matière de victimisation concernant cinq types de crimes : vol de véhicule ou d’objets à l’intérieur d’un véhicule ; vol avec eff raction ou tentative d’eff raction ; vol d’eff ets personnels sans recours à la force ou à la menace ; agression et menace ; harcèlement grave. L’Enquête de l’Union européenne sur les minorités et la discrimination (EU-MIDIS) est la première enquête à l’échelle de l’Union européenne (UE) interrogeant 23 500 personnes sur leurs expériences en matière de discrimination et de victimisation criminelle au quotidien.
Downloads: 

EU-Midis Données en bref 6: Les minorités en tant que victimes de la criminalité

[pdf]de en fr (250.56 Ko)

Le taux moyen de victimisation criminelle pour tous les groupes étudiés dans le cadre de l’enquête EU-MIDIS était de 24 %. En d’autres termes, une personne issue d’un groupe minoritaire sur quatre affirme avoir été victime d’un crime au moins une fois au cours des 12 mois précédant l’enquête. Les groupes minoritaires plus « visibles », c’est-à-dire ceux dont l’apparence diff ère de celle de la population majoritaire, rapportent en moyenne un taux plus élevé de victimisation dans l’enquête EU-MIDIS que les groupes de personnes issues de l’immigration ou de minorités qui ressemblent physiquement à la population majoritaire.

Ces résultats masquent toutefois des diff érences signifi catives selon l’État membre de l’UE dans lequel vivent les groupes génériques interrogés, tels que « les Roms » ou « les Africains subsahariens » En moyenne, 18 % des Roms et 18 % des Africains subsahariens interrogés dans le cadre de l’enquête ont indiqué avoir été victimes, au cours des 12 derniers mois, d’au moins un « crime contre la personne » (agression, menace ou harcèlement grave) présentant d’après eux un « caractère racial ». À titre de comparaison, moins de 10 % des personnes interrogées de certains autres groupes ont indiqué avoir été victimes de crimes contre la personne « à caractère racial.

L’enquête a posé aux sondés une série de questions sur leurs expériences en matière de victimisation criminelle pour les cinq types de crimes suivants :

  • vol de véhicule ou d’objets à l’intérieur d’un véhicule ;
  • vol avec eff raction ou tentative d’eff raction ;
  • vol d’eff ets personnels sans recours à la force ou à la menace ;
  • agression et menace ;
  • harcèlement grave

Étant donné que de nombreux crimes constituent des événements relativement rares, les sondés ont été interrogés sur les expériences qu’ils ont vécues au cours des cinq années précédant l’enquête. Le présent rapport se penche toutefois sur les résultats relatifs aux 12 mois précédant l’entretien. L’analyse des résultats et les recommandations formulées reposent dès lors sur des informations davantage actualisées.

Les questions de suivi ont porté sur la fréquence à laquelle les personnes interrogées avaient été victimes d’agressions ou menaces et de harcèlement grave au cours des 12 derniers mois. Les résultats ont permis de déterminer si certains groupes étaient davantage touchés une victimisation répétée. Il a été également demandé aux personnes interrogées si elles estimaient que leurs expériences de victimisation avaient été de quelque façon que ce soit infl uencées par leur appartenance à une minorité ethnique ou par leurs origines étrangères.