Contribuons à mobiliser la jeunesse pour faire en sorte que sa voix compte

Dans de nombreuses régions d'Europe, la démocratie, telle que nous l'avons toujours connue, est en train de changer. Nous devons faire en sorte que la jeunesse d'aujourd'hui se mobilise et soit entendue dans le cadre des processus politiques, tel est le constat dressé par l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne lors de la Journée internationale de la jeunesse, le 12 août. Cet effort de mobilisation est d'autant plus important à l'heure où les droits fondamentaux qui nous concernent tous sont menacés.

Les résultats des élections dans de nombreuses régions d'Europe ont provoqué une onde de choc dans les classes politiques. Les électeurs se sont petit à petit lassés des élites politiques et ont rejeté les partis traditionnels, bouleversant l'ordre démocratique prédominant jusqu'alors dans de nombreux États membres.

Cette évolution politique pourrait avoir de profondes répercussions sur les sociétés, dans la mesure où les idées populistes sont de plus en plus répandues et pourraient éventuellement être plus largement acceptées. Une telle situation pourrait à son tour faire le terreau de l'intolérance et de la haine. Dans de telles circonstances, il est essentiel que les jeunes générations prennent une part active aux processus démocratiques et que leur voix soit entendue et prise en considération. Les jeunes électeurs doivent aussi savoir que leur voix compte et peut faire la différence.

Cette prise de conscience suppose qu'ils soient impliqués dès leur plus jeune âge et se voient donner la possibilité d'exprimer leurs opinions et de se faire entendre dans le cadre des processus décisionnels. Certaines villes et certains pays ont mis en place des conseils ou nommé des conseillers chargés de la jeunesse et de l'enfance. Par exemple, la Fondation pour le bien-être de la société de la Présidente maltaise a ses propres conseils pour l'enfance et la jeunesse ; l'Irlande a mis au point une stratégie nationale de participation des enfants ; en Suède, la médiatrice des enfants organise régulièrement des consultations avec les enfants et, récemment, la FRA a tenu une conférence au cours de laquelle des enfants ont partagé leurs idées avec des décideurs politiques et des experts sur des sujets brûlants tels que la migration, la pauvreté et l'exclusion. De telles initiatives permettent aux jeunes d'être consultés sur des questions qui les touchent. Ils ont ainsi la possibilité de donner leur avis sur des problématiques qui les concernent et leurs opinions sont prises en compte.

Il convient de rappeler que la participation des enfants est inscrite dans les principaux instruments relatifs aux droits humains, tels que la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant et la Charte des droits fondamentaux de l'UE que l'ensemble des États membres de l'UE ont signée. Des politiques garantissent également que les jeunes adultes, de plus de 18 ans, participent aux processus décisionnels.

Ces mesures traduisent en soi une différence essentielle. Les enfants sont protégés par des normes en matière de droits de l'homme. Lorsqu'ils ne sont plus considérés comme des enfants et deviennent de jeunes adultes, ils perdent cette protection et seules les politiques prévalent.

Cependant, il existe souvent des différences quant à l'âge retenu pour parler de jeunes gens. Par exemple, l'ONU considère que les jeunes sont âgés de 15 à 24 ans, tandis que dans sa Convention relative aux droits de l'enfant, elle considère que les enfants sont âgés de moins de 18 ans.

En outre, l'absence de critères clairs applicables aux conditions d'âge minimum et les différences relatives aux conditions d'âge contredisent la notion de participation énoncée dans les instruments de défense des droits de l'homme. Le droit de vote est un exemple classique des différences qui existent entre les États membres en fonction du type d'élections : nationales, régionales, locales ou même européennes. Par exemple, l'Autriche est le seul État membre de l'UE dans lequel il est possible de voter à l'ensemble des élections à partir de l'âge de 16 ans.

Se porter candidat à un scrutin est un autre exemple. Le droit de se présenter à une élection varie selon les pays. Il est octroyé à des personnes dont l'âge est compris entre 18 et 40 ans, en fonction du type d'élection.

Il est nécessaire de définir des politiques claires tant au niveau national qu'au niveau européen afin d'accroître la participation des jeunes. L'amélioration de la participation politique des jeunes permettra d'entendre leur voix et de la prendre en compte. Cela devrait, in fine, contribuer à construire une Europe meilleure.