Renforcer la protection des enfants contre la traite d'êtres humains

En 2016, près d'un demandeur d'asile sur trois, dans l’Union européenne, était un enfant. Beaucoup d'entre eux disparaissent et risquent de tomber entre les mains de trafiquants d'êtres humains. Le 30 juillet, à l'occasion de la Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d'êtres humains des Nations Unies, l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA) lance un appel à renforcer les mesures de protection des enfants pour aider à mettre fin à l'exploitation des enfants.

Un grand nombre d'enfants ont fui leur pays d'origine, seuls ou avec leur famille. S'ils ne sont pas accompagnés ou s'ils ont été séparés de leur famille, ils risquent d'être victimes de la traite et de l'exploitation par le travail, la criminalité ou la prostitution. Afin de minimiser ce risque, la FRA a identifié une série d'actions essentielles qui pourraient être utiles :

  • améliorer les procédures d'identification et d'enregistrement pour mieux assurer le suivi des nouveaux-venus et également identifier les victimes de la traite afin qu'elles reçoivent une aide adéquate ;
  • prévoir des mesures de protection spécifiques pour les enfants non accompagnés, comme des installations spécialisées, des structures de premier accueil et des installations de transit adéquates, mais aussi rechercher des alternatives à la rétention, et placer les enfants non accompagnés dans des familles d'accueil ;
  • adopter un système de tutelle cohérent qui souligne clairement la nécessité de préserver l’intérêt supérieur des enfants non accompagnés dans tous les aspects de leur vie ;
  • coopérer avec des groupes de soutien qui peuvent offrir une assistance spécifique telle que l’identification et l’orientation des victimes ;
  • offrir des conseils et des formations au personnel de première ligne, y compris aux policiers et aux gardes-frontières, sur les besoins des enfants et l'identification des victimes de la traite, thèmes auxquels on pourrait ajouter la manière la plus adéquate de traiter les enfants traumatisés ;
  • mettre au point des informations et un soutien adaptés aux enfants, afin de mieux les informer sur les risques de la traite d'êtres humains et sur la manière de s'en protéger.

Comme ils peuvent réaliser de gros bénéfices en ne prenant que des risques limités, les trafiquants d'êtres humains se déplacent et exploitent de nombreuses personnes dans toute l’UE. Pour lutter contre cet esclavagisme des temps modernes, la FRA travaille en étroite collaboration avec le coordinateur de l'UE pour la lutte contre la traite des êtres humains et d'autres organes et agences de l'UE pour, ensemble, lutter contre la traite, poursuivre les trafiquants et mieux protéger leurs victimes, tout particulièrement les enfants.