Contribuons à veiller à ce que chacun puisse jouir de ses droits humains

Cette année marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Vienne sur les droits de l’homme. Ce texte historique a ouvert la voie à de sérieux progrès en la matière. Il est à l’origine de la création de nouveaux textes législatifs et d’institutions des droits de l’homme offrant une meilleure protection dans le monde entier. À l’occasion de cet anniversaire, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) et le Bureau des Nations Unies pour les droits de l’homme appellent les États membres de l’Union européenne à continuer à défendre les droits de tous dans l’ensemble de l’Europe.

« Après 25 ans, le legs de la Déclaration de Vienne en Europe est considérable. Des actes législatifs et des institutions protègent des millions de personnes et donnent de l’espoir à d’autres », déclare Michael O’Flaherty, le directeur de la FRA. « Mais, dans le même temps, les inégalités, l’intolérance et l’injustice font toujours partie de la vie quotidienne d’un nombre bien trop élevé de personnes. Profitons de cet anniversaire pour redoubler d’efforts afin que les droits de tout le monde, dans l’ensemble de l’Europe, soient respectés. »

« La Déclaration de Vienne a proclamé l’indivisibilité de tous les droits de l’homme, qu’il s’agisse de droits civils et politiques ou de droits économiques, sociaux et culturels », explique Birgit Van Hout, représentante régionale pour l’Europe de l’Organisation des Nations Unies pour les droits de l’homme. « Et pourtant, ces derniers ne se voient pas toujours accorder la même importance. Nous espérons que l’adoption par les États membres de l’Union européenne du socle européen des droits sociaux et des objectifs de développement durable fera évoluer cette situation, afin que personne ne soit laissé pour compte.

En juin 1993, les dirigeants mondiaux se sont réunis et se sont engagés en faveur des droits de l’homme. Ils ont mis l’accent sur la contribution des droits de l’homme à la paix et à la sécurité ainsi qu’au développement social et économique. Alors que l’Europe fait face à une intolérance croissante et à des inégalités de plus en plus marquées, ce message reste tout aussi vrai aujourd’hui qu’il ne l’était à l’époque.

Le principe selon lequel les droits de l’homme sont universels, s’appliquent à tous, et devraient être promus et protégés par tous les pays s’est également vu réaffirmé. Dans la mesure où de plus en plus de membres de la société se sentent aliénés, marginalisés ou attaqués, un effort concerté est nécessaire pour assurer l’unité et mettre fin à l’érosion du soutien aux droits de l’homme que l’on observe aux quatre coins de l’Europe.

À cause de celle-ci, plusieurs groupes de la société, tels que les enfants, les personnes âgées, les femmes, ainsi que les minorités et les migrants, souffrent au quotidien de discrimination, d’intolérance et de haine.

Après 25 ans, nous avons bâti une base solide d’actes législatifs et d’institutions dans l’ensemble de l’UE pour promouvoir et protéger les droits de l’homme. La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne en est un bel exemple. Elle garantit les droits humains de tout le monde, dans l’ensemble de l’Union européenne, en ce qui concerne des questions allant de l’éducation à l’emploi, de la protection des données à la justice.

La FRA et les Nations Unions continueront à travailler main dans la main pour consolider la base solide dont nous disposons déjà. Conjointement avec l’Union européenne et ses États membres, nous poursuivrons nos efforts pour veiller à ce que l’Europe mette en œuvre dans la pratique ses politiques et actes législatifs existants. Ceux-ci portent notamment sur la garantie de conditions de travail équitables et justes, une meilleure sécurité sociale, la protection de la vie privée et une participation politique accrue. Les 25 ans de la Déclaration de Vienne sont l’occasion de nous rappeler à tous qu’il faut s’engager pour défendre les droits de l’homme.