Journée de commémoration de l'holocauste des Roms – tirer les leçons du passé

Des centaines de milliers de Roms ont été persécutés durant la Seconde Guerre mondiale. En ce jour du 2 août, l’Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne commémore l'holocauste des Roms et appelle les États membres à redoubler d’efforts pour mettre fin à l’antitsiganisme dont les communautés roms continuent de souffrir jour après jour en Europe.

Le 2 août 1944, près de 3 000 hommes, femmes et enfants roms ont été tués dans les chambres à gaz d’Auschwitz-Birkenau. Cette Journée de commémoration de l'holocauste des Roms vise à honorer la mémoire de ces milliers de victimes. C’est aussi l’occasion de tirer les enseignements du passé afin d’offrir aux Roms d’aujourd’hui un avenir meilleur.

Alors qu’ils forment la plus grande minorité ethnique d’Europe, les Roms subissent depuis longtemps des persécutions. Dans de nombreux États membres, l’antitsiganisme reste vivace : au cours des cinq dernières années, 36 % des Roms ont été victimes de harcèlement motivé par la haine et 41 % ont été victimes de discrimination. Ces chiffres sont tirés de la deuxième enquête de la FRA sur les minorités et la discrimination consacrée aux Roms, menée dans neuf États membres de l’UE.

Selon cette enquête, peu de progrès ont été réalisés en près d’une décennie. La persistance de l’antitsiganisme reste un redoutable obstacle à la mise en œuvre des politiques au niveau national et de l’UE qui visent à améliorer les perspectives d’avenir et les conditions de vie des Roms.

Il est donc nécessaire que les États membres améliorent et contrôlent l’efficacité des mesures destinées à favoriser l’intégration des Roms et à lutter contre l’antitsiganisme. Les États membres devraient par ailleurs renforcer les mesures de lutte contre les crimes de haine et les discours de haine à l’égard des Roms. Les atrocités du passé devraient constamment nous rappeler les dangers encourus lorsque la haine reste impunie.

Les États membres devraient envoyer un signal indiquant que la persécution et la discrimination à l’égard des Roms ne sont pas tolérables dans une UE prônant le respect, la liberté et l’égalité. En célébrant la Journée de commémoration de l'holocauste des Roms, l’Europe montre son engagement constant à promouvoir et à protéger les communautés roms dans toute l’UE, afin que celles-ci soient pleinement intégrées dans la société.