Combattre l’antisémitisme : des mesures plus ciblées sont nécessaires

08/11/2013
La FRA présente aujourd’hui les premiers chiffres comparables sur les expériences de harcèlement, de discrimination et de crimes de haine à caractère antisémite vécues par des personnes juives dans l’Union européenne. À la veille des 75 ans de la « nuit de cristal », le 8 novembre, il est nécessaire de reconnaitre que l’antisémitisme reste très répandu, en dépit des efforts soutenus États membres de l’UE pour lutter contre ce phénomène.

>> Resultats >>

Le rapport de l’enquête couvre les réponses de 5 847 personnes juives des huit pays dans lesquels résident, selon les estimations, environ 90 % de la population juive de l’UE. Il sera donc un outil essentiel pour soutenir les décideurs politiques et les groupes communautaires de l’UE dans l’élaboration et la mise en œuvre des mesures juridiques et politiques ciblées. 

« L’antisémitisme est un exemple inquiétant de la manière dont des préjugés peuvent perdurer à travers les siècles, et il n’a pas sa place dans notre société actuelle. Il est particulièrement pénible d’observer qu‘internet, qui devrait être un outil de communication et de dialogue, est actuellement utilisé comme un instrument de harcèlement à caractère antisémite » a déclaré Morten Kjaerum, Directeur de la FRA. « Bien que de nombreux gouvernements de l’UE aient accompli de grands efforts de lutte contre l’antisémitisme, des mesures plus ciblées sont nécessaires. »

Principaux résultats :

  • 66 % des répondants considèrent que l’antisémitisme est un problème majeur dans leur pays, et 76 % ont déclaré que la situation s’est aggravée pendant les cinq dernières années.
  • 21 % des répondants ont fait l’objet d’au moins un incident à caractère antisémite impliquant des insultes verbales ou un harcèlement, et/ou une agression physique au cours des 12 mois précédant l’enquête. 2 % des répondants ont été victimes d’une agression physique à caractère antisémite au cours de la même période.
  • Faible signalement : 76 % des victimes de harcèlement à caractère antisémite n’ont pas signalé l’incident le plus grave à la police, ni à une autre organisation.
  • Faible enregistrement : les mécanismes de collecte de données sont limités dans de nombreux États membres ; par conséquent, les agressions antisémites restent peu comptabilisées.
  • L’antisémitisme est considéré comme le quatrième problème social ou politique le plus important dans les pays étudiés (voir le Tableau 1 du rapport).
  • Les trois-quarts des répondants estiment que l’antisémitisme sur internet constitue un problème (voir le tableau ci-dessous).

 

Évaluation des manifestations de l’antisémitisme par pays (% de répondants ayant déclaré qu’une forme donnée de l’antisémitisme était un problème  « très gros » ou « assez gros » dans leur pays)
 

BE

DE

FR

HU

IT

LV

SE

UK

Moyenne des huit pays (%)

Antisémitisme sur internet

85

67

85

86

87

52

68

64

75

Antisémitisme dans les médias

70

40

71

73

59

37

54

52

59

Expressions d’hostilité envers des personnes juives dans la rue ou d’autres lieux publics

74

48

84

72

30

16

51

35

54

Profanation de cimetières juifs

42

46

74

79

41

56

34

35

50

Graffiti antisémites

52

30

69

69

61

21

29

26

45

Vandalisme dans des institutions et des bâtiments juifs

54

33

78

52

43

23

30

31

45

Antisémitisme dans la vie politique

51

30

50

84

36

35

41

34

44

L’enquête révèle également des différences significatives entre les pays, reflétant souvent les disparités entre leurs histoires, leurs traditions mais aussi leurs tendances migratoires au cours des dernières décennies. À titre d’exemples : 

  • Au Royaume-Uni, 9 % des répondants ont déclaré avoir souvent entendu l’affirmation suivante : « Les Juifs sont responsables de la crise économique actuelle ». Ce pourcentage atteignait 59 % en Hongrie. 
  • En Lettonie, seuls 8 % des répondants ont affirmé que le conflit israélo-arabe avait un fort impact sur leur sentiment de sécurité en tant que juif. Les chiffres ont été de 28 % en Allemagne et le taux le plus accru a été rencontré en France avec 73 % des répondants.

Suite aux résultats de l’enquête, la FRA a formulé des avis adressés aux décideurs. À titre d’exemples :

  • Les États membres de l’UE devraient enregistrer de façon efficace et exhaustive les violations des droits fondamentaux dont les personnes juives font l’expérience.
  • Les personnalités devraient condamner publiquement les déclarations antisémites.
  • L’UE et ses États membres devraient trouver, de toute urgence, des moyens efficaces de lutter contre le phénomène croissant de l’antisémitisme sur internet, en envisageant par exemple la création d’unités de police spécialisées, chargées de surveiller et d’enquêter sur les crimes de haine en ligne, et en adoptant des mesures encourageant le signalement des contenus antisémites sur internet à la police.

     

Contexte : crimes de haine

Les attaques antisémites sont une forme de crimes de haine. Le rapport de l'enquête est publié aujourd’hui avec le résumé annuel sur l'antisémitisme, dans lequel la FRA a réuni les statistiques sur les incidents antisémites collectées par des sources gouvernementales et non gouvernementales. Ces deux rapports complètent le travail considérable de l’agence au sujet des crimes de haine, comprenant notamment les données que la FRA a recueilli sur les expériences de groupes tels que les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres, les Roms et d’autres minorités ethniques. La Conférence des droits fondamentaux de la FRA, qui aura lieu cette année les 12 et 13 novembre à Vilnius, sera consacrée aux crimes de haine. 

Le dossier de presse en ligne met à votre disposition les publications citées ci-dessous, de même que l’outil de visualisation des données en ligne (grâce auquel vous pouvez consulter les résultats par pays), le mémo destiné aux médias, une fiche de questions/réponses sur la méthodologie de l’enquête, des vidéos et des citations de victimes.

  • Discrimination and Hate Crime against Jews in EU Member States: Experiences and Perceptions of Antisemitism (Discrimination et crimes de haine à l’égard des personnes juives dans les États membres de l’UE : expériences et perceptions de l’antisémitisme)
  • Antisemitism: Summary overview of the situation in the EU 2001–2012 (Résumé de la situation en matière d’antisémitisme dans l’UE 2002–2012)
  • Expériences de la discrimination et des crimes de haine vécues par des personnes juives dans les États membres de l’Union européenne – Fiche d’informations

Pour plus d'informations, contactez-nous :
media@fra.europa.eu
Tél.: +43 1 580 30 642
 

Notes aux rédacteurs :

  • 5 847 personnes juives âgées de plus de 16 ans ont participé à l’enquête. Les résultats couvrent huit États membres de l’UE dans lesquels vivent, selon les estimations, environ 90 % de la population juive de l’UE.
  • Cette enquête a été menée en ligne, conformément aux recommandations des experts.
  • L’Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA) a pour mission de fournir aux décideurs politiques de l’UE et des États membres des avis fondés sur des éléments de preuve, contribuant ainsi à des politiques et des débats plus informés et mieux ciblés sur les droits fondamentaux.
Downloads: 

Enquête de la FRA sur la discrimination et les crimes de haine à l’encontre des personnes juives dans les États membres de l’UE

[pdf]de en fr he hu it lv nl ro sv (91.32 Ko)