Asile, immigration et frontières

Les ressortissants de pays tiers qui entrent ou séjournent dans l’UE voient souvent leurs droits bafoués. Plusieurs causes peuvent être invoquées : mise en œuvre insuffisante de la législation, méconnaissance des droits fondamentaux ou formation inadéquate des fonctionnaires, et parfois discrimination et xénophobie.

En 2011, quelque 20,5 millions de personnes non-ressortissantes de l’UE vivaient dans l’Union européenne, soit environ 4 % de l’ensemble de la population. À titre de comparaison, chaque année, 250 000 à 300 000 personnes en moyenne demandent l’asile dans l’UE. La FRA recueille les données et les informations relatives à la mise en œuvre des droits de ces personnes, tout en mettant en évidence les lacunes actuelles et les pratiques encourageantes dans les États membres. Ensuite, elle suggère des solutions pour, d’une part, pallier à ces déficiences et, d’autre part, répandre l’usage des bonnes pratiques. Jusqu’à présent, les activités de l’agence se sont concentrées sur les droits fondamentaux aux frontières, les droits des migrants en situation irrégulière et le droit d’asile. En 2013, la FRA entamera des recherches sur les formes graves d’exploitation par le travail, qui sont souvent étroitement liées à la violation des droits des migrants et des demandeurs d’asile.

L’UE a fixé une série de règles et de stratégies en matière de visas, de frontières et d’asile, de même que de lutte contre la migration irrégulière et, dans une moindre mesure, en matière d’admission et d’intégration des migrants. En outre, la plupart des droits ancrés dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne s’appliquent à toute personne, quel que soit son statut migratoire. La Charte prévoit le droit d’asile et interdit les expulsions collectives, ainsi que l’éloignement, l’expulsion et l’extradition des individus s’il existe un risque pour leur vie ou d’autres préjudice grave.

Actualités View all

Le durcissement des politiques migratoires reste préoccupant
21/09/2018

Le durcissement des politiques migratoires reste préoccupant

Selon le dernier rapport de l’agence sur les questions de droits fondamentaux liées à la migration, les droits fondamentaux restent menacés parce que certains gouvernements continuent de suivre une ligne dure en matière de migration. Le rapport souligne la mise en place de contrôles plus stricts aux frontières, les mauvaises conditions d’accueil (qui touchent en particulier les femmes et les enfants), ainsi que les problèmes liés aux crimes de haine.
L’élargissement du champ d’application du système d’information sur les visas de l’UE présente des risques pour les résidents de longue durée
10/09/2018

L’élargissement du champ d’application du système d’information sur les visas de l’UE présente des risques pour les résidents de longue durée

Il ressort des nouvelles propositions relatives au système d'information sur les visas (VIS) de l’UE que les données à caractère personnel sensibles des résidents de longue durée pourraient être stockées indéfiniment. Selon le dernier avis de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE, il en résulte des risques en matière de protection de la vie privée et de protection des données.

Publications View all

Rapport sur les droits fondamentaux 2018 – Avis de la FRA
June
2018

Rapport sur les droits fondamentaux 2018 – Avis de la FRA

Annual report
L’année 2017 a été marquée à la fois par des avancées et des régressions en matière de protection des droits fondamentaux. Le rapport sur les droits fondamentaux 2018 de la FRA examine les principales évolutions intervenues dans l’Union entre janvier et décembre 2017 et présente les avis de la FRA à cet égard.
Entre promesses et réalisations : 10 ans de droits fondamentaux dans l’UE
May
2017

Entre promesses et réalisations : 10 ans de droits fondamentaux dans l’UE

Annual report
L’année 2017 marque les 10 ans de la création de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne. Cet anniversaire offre l’occasion d’examiner à la fois les progrès réalisés en matière de droits fondamentaux et les lacunes persistantes, ainsi que les mesures à prendre pour y répondre.
Orientations sur les moyens de réduire le risque de refoulement dans la gestion des frontières extérieures en cas d’activité professionnelle dans des pays tiers ou de coopération avec ceux-ci
December
2016

Orientations sur les moyens de réduire le risque de refoulement dans la gestion des frontières extérieures en cas d’activité professionnelle dans des pays tiers ou de coopération avec ceux-ci

Paper
Les États membres de l’UE participent de plus en plus à des activités de gestion des frontières en haute mer, sur le territoire de pays tiers, ou en coopération avec ces derniers, ainsi qu’aux frontières de l’UE. Ces activités peuvent comporter des risques de violation du principe de non-refoulement, la pierre angulaire du régime international juridique assurant la protection des réfugiés, qui interdit le retour d’individus vers une situation de risque de persécution. Ces orientations présentent des suggestions spécifiques sur les moyens de réduire les risques de refoulement dans ces situations. Elles constituent un outil pratique élaboré à l’aide de contributions d’experts réunis à Vienne en mars 2016.