You are here:

Pour commencer, il a abordé les dangers auxquels sont confrontés les journalistes en exerçant simplement leur métier, comme le décrit une publication de la FRA de 2016. Il a qualifié le meurtre violent de la journaliste maltaise Daphne Caruana, le 16 octobre, qui enquêtait sur la corruption à Malte, de crime sans précédent dans l’Union européenne. Il a évoqué la manière dont les agressions et les pressions à l’encontre des journalistes fragilisent la liberté des médias, la liberté d’information et d’expression, et à quel point les effets sont disproportionnés sur les femmes journalistes.

Les pressions peuvent également être le fruit d’une influence commerciale sur le contenu éditorial, provoquée par la concentration en termes de propriété sur le marché des médias. Bien que la consolidation du marché n’aille pas nécessairement de pair avec un affaiblissement du pluralisme, des études récentes réalisées par le système de contrôle du pluralisme des médias (Media Pluralism Monitor) de Florence montrent que 12 pays sont à risque en Europe.

Vient ensuite la question de la nature changeante du discours politique et du contenu des médias qui est de plus en plus intolérant. Comme la FRA l’a démontré, la montée en puissance des discours de haine, tant en ligne que hors-ligne, incite à la discrimination, la haine et la violence.

Étant donné que l’internet constitue souvent une source primaire d’information, en partie grâce à la facilité et à la vitesse avec lesquelles il est possible de partager du contenu, l’égalité numérique devrait être abordé. Être capable de participer et de s’impliquer en ligne, combiné à la maîtrise des outils informatiques, sont des éléments essentiels à la construction d’un monde qui inclut et non exclut tous les membres de la société.

Pour relever les défis posés par cette situation, le directeur a évoqué le besoin de promouvoir l’éducation aux médias. Cela devrait être intégré au programme scolaire afin de doter les enfants de compétences indispensables à leur avenir. Beaucoup d’États membres appliquent déjà certaines pratiques encourageantes qu’il convient de mieux documenter et exploiter.

Il convient également de réduire les inégalités sur le plan numérique. Chaque personne devrait avoir un même accès à l’internet afin de pouvoir s’impliquer pleinement dans l’ère numérique, indépendamment du fait qu’elle soit jeune ou âgée, ou qu’elle vive en zone urbaine ou rurale.

Améliorer la formation des journalistes constitue une autre piste qui pourrait aider. Ici, la FRA revoit actuellement son guide pour les médias afin de doter les journalistes de compétences et de sensibilités nécessaires par rapport aux droits fondamentaux pour contribuer au maintien des normes professionnelles d’un journalisme de qualité.

Le directeur a également évoqué une plus ample créativité dans la manière dont les droits fondamentaux sont communiqués et dans la façon dont les valeurs centrales de la Charte des droits fondamentaux de l’UE sont promues.

Un autre domaine devant être abordé, selon lui, est l’amélioration de la mise en œuvre du droit, en particulier du droit pénal. Les droits fondamentaux s’appliquent aussi bien dans le monde virtuel que dans le monde réel et doivent donc faire l’objet d’une protection dans les deux mondes. Cela signifie que la loi doit s’appliquer dans toute sa rigueur aux propagateurs de discours de haine et à d’autres contenus criminels en ligne. En outre, il convient d’utiliser pleinement le droit afin de protéger les journalistes et de traduire en justice ceux qui attaquent les médias, autrement le pluralisme médiatique et l’État de droit demeureront menacés.