Communiqués de presse

Filter by:

172 Press Releases found

Modèles adaptés aux enfants pour une meilleure communication, groupes de travail pour orienter les jeunes récidivistes et cours d’expression artistique en prison: il ne s’agit là que de quelques exemples des bonnes pratiques recensées dans un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) consacré aux garanties en faveur des enfants impliqués dans des procédures pénales. Ce rapport pointe les lacunes des systèmes judiciaires nationaux et suggère d’éventuelles mesures correctives que les pays pourraient appliquer pour faire respecter les droits de l’enfant dans le système judiciaire.
La pandémie a déclenché un soutien financier sans précédent de l’UE pour lutter contre les conséquences sociales de la COVID-19. De nombreuses personnes dans l’UE, en particulier les personnes vulnérables, ont été confrontées à une limitation de l’accès aux soins de santé, à la garde d’enfants, à l’éducation et à l’internet. Cette situation a entraîné une surmortalité, de la pauvreté, du chômage et de l’exclusion sociale. Le rapport sur les droits fondamentaux 2022 de la FRA décrit l’incidence considérable de la pandémie sur les droits sociaux. Il donne également des pistes pour faire face aux inégalités croissantes et aux menaces qui pèsent sur la cohésion de la société.
Les tuteurs sont essentiels pour garantir le bien-être des enfants et la prise en compte de leur intérêt supérieur. Cependant, l’Union européenne (UE) et ses États membres continuent de faire face à de nombreux défis pour assurer une tutelle complète et efficace aux enfants non accompagnés qui arrivent en Europe, d’après le dernier rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA).
Les actes de terrorisme représentent aujourd’hui une menace de taille pour la vie et la sécurité des personnes et un défi majeur pour les États sur le plan de la sécurité. Dans le même temps, les lois et politiques adoptées pour lutter contre le terrorisme peuvent donner lieu, directement ou indirectement, à de graves limitations des libertés et droits fondamentaux. Tel est le constat d’un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA). Ce rapport, qui se fonde sur l’analyse d’experts, contient des propositions sur la manière dont la lutte contre le terrorisme peut tirer parti d’une plus grande clarté juridique, d’orientations pratiques et de garanties renforcées.
Les organisations de la société civile de l’UE fournissent des services, s’engagent en faveur de communautés, mènent des actions de sensibilisation, défendent les intérêts d’autrui et invitent les autorités à rendre compte de leurs actions. Mais elles sont confrontées à des menaces, sont victimes d’attaques, subissent des réductions de financement et font l’objet de restrictions disproportionnées. Comme le souligne un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), il ne s’agit là que de quelques-unes des difficultés auxquelles les organisations de la société civile de défense des droits de l’homme sont confrontées dans certaines parties de l’UE, alors que la pandémie de coronavirus a aggravé leurs conditions de travail. La FRA invite les décideurs politiques à promouvoir un environnement de travail plus favorable à la société civile afin de contribuer à faire respecter, pour tout individu, l’ensemble des droits de l’homme.
D’importants obstacles au signalement des crimes de haine dans l’UE entravent l’accès des victimes à la protection et à la justice, selon un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA). De nombreuses victimes ne signalent pas les agressions subies, car elles jugent cela trop difficile ou ne font pas confiance à la police. La FRA appelle les pays de l'UE à encourager le signalement des crimes de haine, à améliorer leur enregistrement, et à faire en sorte que les victimes puissent obtenir soutien, protection et justice.
Irregular migrants can fall victim to exploitative employers. The EU has rules to protect migrant workers in an irregular situation from exploitation and abuse, but gaps remain in their enforcement, finds a new report by the EU Agency for Fundamental Rights (FRA). Workers do not know their rights or how to complain, and even when they do, they may not receive compensation due. EU countries should do better to protect migrant workers’ rights under existing EU rules.
La pandémie de COVID-19 a révélé des lacunes dans le respect des droits fondamentaux en matière de santé, d’éducation, d’emploi et de protection sociale dans l’ensemble de la société. Le rapport sur les droits fondamentaux 2021 de la FRA décrit l’incidence considérable de la pandémie sur les droits et suggère la meilleure manière de combattre les inégalités croissantes et les menaces pesant sur la cohésion sociale.
Un nouveau document de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) met en évidence les différences entre les expériences individuelles des contrôles de police. Il en ressort que les Noirs, les Asiatiques et les Roms demeurent plus susceptibles d’être contrôlés et fouillés par la police, ce qui sape leur confiance dans cette institution. La FRA continuera de fournir des données et des conseils aux pays de l’UE pour les aider à s’assurer que leurs pratiques policières respectent les droits fondamentaux des citoyens.
La présomption d’innocence est un droit fondamental en matière de justice pénale. Pourtant, les préjugés, les biais cognitifs, ainsi que des pratiques telles que la présentation d’accusés menottés, affaiblissent ce droit dans de nombreux pays européens, estime le dernier rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA). La FRA invite les pays de l’UE à respecter les droits de tous les accusés, quels que soient leur origine et leurs antécédents.