Press Releases

Filter by:

171 Press Releases found

Les institutions nationales de défense des droits de l’homme (INDH) sont essentielles pour la protection et la promotion des droits fondamentaux dans l’UE, mais leur potentiel reste inexploité, selon un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA). Ce dernier suggère les prochaines étapes pour renforcer l’impact et l’efficacité des INDH, telles que l’octroi de ressources adéquates, de pouvoirs importants et d’un mandat clair, conformément aux principes de Paris des Nations Unies.
La plupart des personnes estiment que les droits de l’homme peuvent façonner des sociétés plus justes, telle est la conclusion de l’enquête de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) consacrée à cette thématique. Toutefois, les personnes économiquement vulnérables, les jeunes et les personnes en risque de précarisation sont nombreuses à juger que dans de nombreux cas, les droits de l’homme ne les protègent pas. L’enquête sur les droits fondamentaux de la FRA dévoile un clivage marqué dans les populations européennes. L’enquête attire l’attention des gouvernements sur la nécessité de rappeler la teneur des droits de l’homme aux Européens de sorte que chacun en tire un bénéfice équitable.
L’augmentation de l’intolérance et des atteintes aux droits fondamentaux de la population continue d’éroder les progrès considérables accomplis au fil des ans, selon le rapport sur les droits fondamentaux 2020 de la FRA. Alors que l’Europe commence à sortir de la pandémie de COVID-19, nous constatons une aggravation des inégalités existantes et des menaces pour la cohésion de la société.
Le harcèlement et la violence à caractère raciste ainsi que le profilage ethnique discriminatoire sont courants en Europe. Compte tenu des manifestations qui se déroulent actuellement sur tout le continent, l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA) en appelle aux États membres pour qu’ils intensifient leurs efforts et luttent efficacement contre la discrimination, le harcèlement et la violence à l’égard des personnes noires.
De nombreux gouvernements sont à la recherche de technologies susceptibles de les aider à suivre et tracer la diffusion de la COVID-19, comme le montre un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA). Les gouvernements qui utilisent la technologie pour protéger la santé publique et surmonter la pandémie se doivent de respecter les droits fondamentaux de chacun.
Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) sont aujourd’hui plus nombreuses à évoquer ouvertement leur identité, mais la peur, la violence et la discrimination restent élevées, selon les résultats de l’enquête de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne sur les expériences des personnes LGBTI en Europe. Avec 140 000 répondants, cette enquête est la plus vaste jamais menée sur les crimes de haine et la discrimination à l’encontre des personnes LGBTI. Les conclusions devraient inciter les responsables politiques à adopter des mesures qui protègent et défendent davantage les droits de ces personnes.
Les mesures prises par les gouvernements pour lutter contre la pandémie COVID-19 ont des incidences considérables pour les droits fondamentaux de chacun, y compris le droit à la vie et à la santé, comme l’explique un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA). Les mesures prises par les gouvernements pour mettre un terme à la propagation de ce virus affectent particulièrement les droits des personnes déjà vulnérables ou à risque, telles que les personnes âgées, les enfants, les personnes handicapées, les Roms ou les réfugiés. Le respect des droits de l’homme et la protection de la santé publique sont de l’intérêt de tous : ils doivent aller de pair.
La surpopulation carcérale, les mauvaises conditions sanitaires et le temps limité passé à l’extérieur des cellules sont contraires aux droits des détenus et compromettent leur réinsertion, selon un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA). Les conclusions et la base de données à l’appui aideront les juges et les avocats à évaluer les lacunes des conditions carcérales lors des décisions concernant des affaires transfrontalières.
Les retards et les sérieuses difficultés liés à l’intégration des jeunes réfugiés qui ont fui la guerre et la persécution risquent de créer une génération perdue, indique un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux (FRA). Bien qu’il relève certaines bonnes pratiques, ce rapport recommandevivement à la France et aux autres États membres de partager leurs enseignements afin de donner à ces jeunes une chance suffisante dans la vie.
Selon le dernier rapport de la FRA, des informations incomplètes et un accès insuffisant à l’assistance juridique empêchent souvent les défendeurs d’accéder pleinement à la justice lors d’une procédure pénale. Ce rapport explique comment les États membres devraient améliorer les flux d’informations et la représentation juridique pour défendre les droits des accusés.