You are here:

Selon Eurostat, la privation matérielle extrême et la très faible intensité de travail touchent 8,1% des résidents de l’UE et 10,6% des citoyens de l’UE âgés de 0 à 59 ans, tandis que la proportion de femmes souffrant de pauvreté ou d’exclusion sociale reste supérieure à la part correspondante des hommes. De plus, comme l’a souligné une récente étude réalisée par la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, un travailleur européen sur 10 est confronté à un risque de pauvreté et 13 % sont en situation de privation matérielle, ce qui signifie que les « travailleurs pauvres » représentent désormais une part inquiétante des personnes qui travaillent dans l’UE et cela pourrait entraîner des conséquences importantes et négatives pour la cohésion sociale.

L’hétérogénéité de la répartition de la pauvreté au sein de la population des États membres entraîne une surreprésentation des jeunes, ainsi que de certains groupes sociaux vulnérables, parmi les personnes pauvres. C’est le cas des Roms, par exemple, la plus grande minorité ethnique de l’UE. Dans les neufs États membres dans lesquels la FRA a réalisé une étude en 2016, qui affichent le plus haut pourcentage de Roms, 8 Roms sur 10 vivent exposés au risque de pauvreté et presque 4 sur 10 vivent dans des ménages ne disposant pas de toilettes, de douche ou de salle de bain. Le cercle vicieux de la pauvreté est à la fois une cause et une conséquence des violations des droits fondamentaux, dont la discrimination, nécessitant ainsi une approche fondée sur les droits pour réduire la pauvreté.

La Charte des droits fondamentaux de l’UE comprend le droit à une aide sociale et à une aide au logement afin d’assurer une existence digne à tous ceux qui ne disposent pas de ressources suffisantes. Elle contient également le droit de travailler, le droit à l’éducation et à la formation professionnelle et continue, ainsi que le droit aux soins de santé. Cependant, les inégalités persistantes au sein des États membres et entre eux portent atteinte à la jouissance de ces droits. Cela signifie que les efforts visant à atteindre les objectifs fixés par la stratégie Europe 2020 n’ont actuellement pas encore produit les résultats escomptés. À cet égard, le Socle européen des droits sociaux proposé peut constituer le point de départ d’un nouvel effort de lutte contre la pauvreté et peut améliorer l’exercice des droits fondamentaux. Ces deux dimensions de la vie dans la dignité pour chacun au sein de l’Union européenne se renforcent l’une l’autre.