Davantage de mesures ciblées sont requises pour soutenir les femmes roms

Partout dans l’UE, les femmes sont confrontées à des inégalités. Mais les femmes roms sont confrontées à des défis supplémentaires tels que l’antitsiganisme, la pauvreté extrême, l’exclusion et la discrimination, qui renforcent leur situation défavorable, selon le dernier rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, qui souligne la nécessité urgente de prendre des mesures ciblées et tenant compte de la dimension de genre permettant aux femmes roms d’exploiter pleinement leur potentiel.

Dans la perspective de la Journée internationale des Roms, le 8 avril, la FRA publie son rapport intitulé Deuxième enquête de l’Union européenne sur les minorités et la discrimination :les femmes roms dans neuf États membres de l’UE. Ce rapport montre que, si les femmes sont généralement victimes d’inégalités, celles-ci sont particulièrement graves lorsqu’il s’agit des femmes roms. En règle générale, les femmes roms :

  • quittent l’école prématurément ; 16 % seulement des femmes roms ont achevé le deuxième cycle de l’enseignement secondaire, contre 22 % des hommes roms et 75 % des femmes européennes ;
  • se marient jeunes ; 29 % des femmes roms, contre 12 % des hommes roms, sont mariées avant d’avoir 18 ans ;
  • restent à la maison ; 40 % des femmes roms ne sont pas à la recherche d’un emploi en raison de leurs responsabilités familiales; ce pourcentage est souvent deux fois plus élevé que celui des femmes de la population générale ;
  • n’occupent pas un emploi rémunéré ; seulement 16 % des femmes roms sont salariées, contre 34 % des hommes roms.

Ces chiffres soulignent la nécessité de prendre des mesures d’inclusion des Roms tenant compte de la dimension de genre et conçues et mises en œuvre en collaboration avec les femmes roms. Ils montrent que nous devons examiner avec soin comment combiner l’assistance sociale et les possibilités de travail décent.

Ils soulignent également les conséquences négatives d’un manque d’accès à l’éducation et à l’accueil des jeunes enfants, accès qui pourrait donner aux femmes roms le temps d’acquérir des compétences et de chercher un emploi.

Ces chiffres imposent, en particulier, d’accorder une voix forte et importante aux femmes roms dans la vie publique et au sein de leurs propres communautés.

Le rapport s’appuie sur des informations recueillies dans neuf États membres de l’UE sur la base de près de 8 000 entretiens réalisés en face-à-face avec des Roms. Les informations proviennent de l’enquête, menée par l’agence à l’échelle de l’UE, sur les minorités et leurs expériences et perceptions de la discrimination et du harcèlement.

See also: