You are here:

Publication

Publication date: 27 March 2013

Fundamental rights at Europe’s southern sea borders

Ces décès viennent s’ajouter aux près de 2 300 personnes qui, selon les estimations, sont décédées ou ont disparu en mer en tentant de rejoindre l’Europe l’année dernière.

« Pendant que les trafiquants se remplissent les poches, trop de migrants en paient le prix fort alors qu’ils tentent d’échapper à la guerre, de fuir les persécutions ou se contentent de poursuivre un rêve », a déclaré Michael O’Flaherty, directeur de la FRA. « Ces effroyables pertes en vies humaines ne peuvent continuer plus longtemps. Il est urgent que nous trouvions des solutions afin que les migrants ne soient pas contraints de risquer leur vie en mer pour rejoindre l’Europe. »

Quelque 53 personnes qui avaient quitté le Maroc sont décédées à la suite d’une collision en Méditerranée et 117 autres ont perdu la vie lorsque leur canot pneumatique a coulé à proximité de la Libye.

Un survivant a apparemment été secouru par un bateau de pêche passant à proximité, après plus de 24 heures en mer, et est sous traitement médical au Maroc. La marine italienne a recueilli trois survivants de l’autre naufrage et les a conduits à Lampedusa, où ils sont actuellement pris en charge.

En octobre de l’année dernière, la FRA a attiré l’attention sur la tendance récente à criminaliser la recherche et le sauvetage menés en mer Méditerranée par des ONG ou d’autres entités. Cela empêche la plupart des ONG d’exercer leurs activités en mer par crainte des conséquences – arrestations, poursuites judiciaires ou saisie de leurs navires.

Auparavant, un rapport de la FRA de 2013 avait souligné les nombreux périls auxquels les migrants sont confrontés en mer. Un grand nombre des questions et suggestions formulées restent valables aujourd’hui, comme la nécessité de désigner clairement les endroits où il est possible de débarquer en toute sécurité les migrants et les réfugiés qui ont été interceptés ou secourus.

Comme la FRA et d’autres entités l’ont déclaré à plusieurs reprises, des voies de migration sûres et légales pour l’asile en Europe contribueraient à réduire drastiquement la nécessité impérieuse pour les migrants d’avoir recours à des passeurs sans scrupule pour se rendre en Europe. Elles permettraient également de sauver des vies.