You are here:

En 2019, le nombre de migrants dans le monde devrait atteindre 272 millions. Une bonne partie d’entre eux se déplacent par choix.

Mais pour un grand nombre de migrants, il s’agit de fuir les conflits armés, les persécutions ou les violations graves des droits humains. En 2018, le nombre de personnes déplacées de force a pour la toute première fois franchi la barre des 70 millions. Pour beaucoup, s’ajoutent également les violences subies aux mains des passeurs.

Certains mettent le cap sur l’Europe, en quête de sécurité au sein de l’UE. Toutefois, d’après la société civile et les organisations internationales, des personnes en quête de protection se voient refoulées aux frontières terrestres extérieures de l’UE plutôt que d’être orientées vers des procédures d’asile. De même, les migrants secourus en mer se retrouvent au cœur de querelles diplomatiques concernant l’État responsable de leur prise en charge.

Au sein même de l’UE, les centres d’accueil et d’enregistrement de migrants sont confrontés à une surpopulation chronique.

Pour remédier à cette situation, l’UE envisage la gestion intelligente des frontières en ayant recours aux technologies de l’information. Il s’agit de grandes bases de données hébergeant des informations à caractère personnel sur les personnes qui entrent dans l’Union ou en sortent.

Trois systèmes de ce type sont opérationnels : le système d’information sur les visas, Eurodac et le système d’information Schengen. À l’avenir, six systèmes informatiques différents seront interconnectés et communiqueront entre eux.

Les systèmes actuels saisissent et stockent également les empreintes digitales. Les images faciales devraient être traitées une fois que les étapes juridiques et techniques nécessaires auront pris fin.

Toutefois, si la collecte et l’utilisation de ces données dites biométriques peuvent contribuer à établir l’identité d’une personne ou à retrouver la trace de personnes portées disparues, elles ne sont pas sans risques, comme l’atteste une étude de la FRA.

Ceux-ci vont du non-respect de la dignité humaine lors du relevé des empreintes digitales aux difficultés d’accès, de correction ou de suppression de données inexactes ou stockées illégalement.

L’UE a renforcé les garanties dans ses systèmes informatiques en y intégrant dès leur conception les droits fondamentaux et en minimisant les risques de discrimination illicite. Il s’agit notamment d’informer les migrants lorsque les autorités collectent les données les concernant et de la manière dont elles utiliseront ces données.

Les garanties intègrent également des niveaux élevés d’assurance de la qualité, comme la possibilité de demander la rectification ou l’effacement de données inexactes.

L’UE doit à présent veiller à ce que ces garanties fonctionnent dans la pratique au fur et à mesure que les systèmes informatiques sont déployés. Ce n’est qu’avec ces garanties que ces systèmes soutiendront la gestion des migrations de manière efficace et humaine.

Dans sa quête de solutions aux problématiques migratoires, l’Europe ne doit pas perdre de vue le fait que ce phénomène touche des personnes qui sont souvent vulnérables.