You are here:

L’enquête a porté sur le point de vue des personnes concernant le partage de données à caractère personnel et sur leur connaissance des règles de l’UE en matière de protection des données, issues du règlement général sur la protection des données (RGPD).

Dans l’ensemble, les conclusions relatives au volet « Your rights matter: Data protection and privacy » (Vos droits importent : protection des données et respect de la vie privée) révèlent ce qui suit :

  • 41 % des personnes interrogées ne souhaitent pas partager de données à caractère personnel avec des entreprises privées, soit près du double du pourcentage par rapport aux organismes publics ;
  • le type de données à caractère personnel influe sur la volonté des personnes de les partager. Seules 5 % environ souhaitent partager leurs images faciales ou leurs empreintes digitales avec des entreprises privées ;
  • 72 % connaissent les paramètres de confidentialité de leur smartphone, mais 24 % ne savent pas comment vérifier les paramètres de confidentialité de leurs applications ;
  • 55 % craignent que des criminels ou des fraudeurs n’aient accès à leurs données à caractère personnel. Environ 30 % des personnes interrogées craignent que des annonceurs, des entreprises et des gouvernements étrangers n’aient accès aux informations sans qu’elles ne le sachent ;
  • 33 % ne lisent pas les conditions d’utilisation des services en ligne, contre 22 % qui les lisent toujours ;
  • 69 % connaissent le RGPD. Un nombre similaire de personnes connaissent leur autorité nationale de contrôle de la protection des données (71 %) ;
  • seules 51 % savent qu’elles peuvent accéder à leurs données à caractère personnel détenues par des entreprises.

Les règles de l’UE en matière de protection des données offrent de nombreuses garanties aux utilisateurs, notamment la création par les États membres d’autorités officielles indépendantes chargées de protéger les droits des utilisateurs et de les sensibiliser à leurs droits.

Ces droits incluent l’obligation de recueillir le consentement des utilisateurs concernant le partage de leurs données à caractère personnel et de les informer sur l’usage qui en sera fait.

Les conclusions révèlent également des différences nationales marquées. Par exemple, en Belgique et à Chypre, 47 % des utilisateurs ne lisent pas les conditions d’utilisation en ligne, alors qu’en Estonie, 22 % seulement ne les lisent pas.

Ces conclusions se fondent sur les réponses de 35 000 personnes réparties dans l’ensemble des États membres de l’UE, en Macédoine du Nord et au Royaume-Uni. L’enquête s’est déroulée de janvier à octobre 2019.