You are here:

Le gouvernement et la société civile ont besoin de données adéquates pour combattre la haine envers les juifs qui sévit en Europe. Toutefois, comme l’indique la dernière vue d’ensemble de la FRA sur l’antisémitisme, d’importantes lacunes subsistent dans la collecte de données. Ce rapport annuel ne révèle pratiquement aucun changement au cours des 16 années de suivi de la collecte de données.

Certains États membres de l’UE ne collectent pas la moindre donnée officielle. À titre d’exemple, il n’existe pas de données officielles sur les incidents antisémites signalés en Hongrie et au Portugal en 2019.

Les données existantes ne sont généralement pas comparables entre les États membres de l’UE. En effet, les données sont collectées au moyen de méthodes différentes et proviennent de sources variées.

De plus, les systèmes officiels de collecte de données ne permettent pas toujours de classer les incidents comme antisémites.

Voilà quelques-unes des raisons pour lesquelles les réponses à l’antisémitisme sont si souvent inefficaces.

Comme les années précédentes, le rapport souligne la nécessité de poursuivre les efforts pour améliorer la collecte de données. Ceci implique d’utiliser de nouvelles méthodes, sources de données et techniques de traitement des données, afin de mieux mesurer les incidences et les répercussions de la haine à l’égard des juifs.

Bien que le rapport se concentre sur l’année 2019, il illustre également la manière dont les théories du complot antisémites entourant la pandémie de coronavirus ont alimenté les discours haineux en ligne. Cela souligne clairement la nécessité de combattre les discours et crimes de haine ciblant les juifs.

Le rapport annuel attire l’attention sur le recueil de pratiques de la FRA pour lutter contre les crimes de haine. Ce recueil contient des exemples des méthodes employées par certains États membres pour enregistrer les crimes de haine, lesquelles peuvent inspirer d’autres pays.

La vue d’ensemble de la FRA sur l’antisémitisme rappelle également aux autorités qu’elles doivent redoubler d’efforts pour lutter contre la sous-déclaration. Elles doivent encourager les victimes et les témoins à se manifester pour signaler les incidents. Elles ont aussi besoin de systèmes adéquats pour enregistrer correctement les actes antisémites.

Cette vue d’ensemble sur l’antisémitisme examine les données émanant de sources internationales, gouvernementales et non gouvernementales dans tous les États membres de l’UE, au Royaume-Uni et, pour la première fois, en Macédoine du Nord et en Serbie. Elle collecte les données disponibles du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2019.

De plus, pour la première fois, elle contient des informations sur les stratégies nationales, les plans d’action ou d’autres instruments visant à protéger les communautés juives.

La mise à jour annuelle répertorie 20 États membres de l’UE, ainsi que la Macédoine du Nord et la Serbie, qui ont adopté, approuvé ou commencé à utiliser la définition opérationnelle juridiquement non contraignante de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste. Elle décrit également la manière dont les gouvernements utilisent ou prévoient d’utiliser la définition.

Ce document est le dernier d’une série de rapports annuels consacrés par la FRA à la collecte de données sur l’antisémitisme.