You are here:

Les discours de haine en ligne sont un problème qui s’accentue, comme le montrent très régulièrement les enquêtes de la FRA. C’est souvent en ligne que les victimes rencontrent des contenus racistes, sexistes et homophobes. C’est souvent là aussi que les malfaiteurs donnent libre cours à leur haine et la partage en toute impunité.

Mais les discours de haine ne sont pas le seul problème en ligne. Les enfants sont confrontés à des intimidations et les femmes doivent faire face à des actes de harcèlement et à leurs auteurs. Par exemple, selon une enquête réalisée précédemment par la FRA, une femme sur cinq est victime de cyberharcèlement.

Comme les personnes passent de plus en plus de temps en ligne, ces sentiments peuvent créer un environnement hostile où les personnes visées par cette haine se sentent de plus en plus persécutées. Cette situation peut avoir un effet sur la manière dont les victimes perçoivent le monde réel.

La victimisation en ligne s’applique aussi à la cybercriminalité et à la fraude à la consommation, domaine suscitant des inquiétudes grandissantes auprès des consommateurs européens, comme le montre notre enquête récente sur les droits fondamentaux. Plus d'un Européen sur deux s’inquiète que des escrocs ou des criminels puissent utiliser abusivement leurs données en ligne et près d'un sur quatre craint une utilisation abusive de son compte bancaire ou des données de sa carte de paiement en ligne.

Pour aider les victimes à accéder à la justice, les États membres doivent leur garantir les droits qui leur reviennent selon la directive relative aux droits des victimes.

Il s’agit notamment de leur fournir des outils en ligne leur permettant de signaler simplement et rapidement à la police les cas de cybercriminalité et les discours de haine.

Les organismes d’entraide pourraient également jouer un rôle clé dans ce sens. en apportant aux victimes une aide facilement accessible en ligne pour qu’elles puissent signaler ces faits à la police.

En même temps, les États membres devraient créer des unités de police spécialisées, nouvelles ou élargies, pour lutter contre la haine et la criminalité en ligne. Ces dernières pourraient jouer un rôle important en menant des enquêtes efficaces et en coopérant au-delà des frontières pour rechercher et punir les malfaiteurs. Elles devraient également être facilement joignables par les victimes pour que ces dernières puissent leur signaler les faits subis.

En outre, les États membres devraient conduire des campagnes de sensibilisation pour informer les consommateurs de leurs droits et de ce qu’ils doivent faire s’ils ont été victimes d'abus ou de fraude en ligne.

Les personnes vivant de plus en plus leur vie en ligne, l’accès à la justice doit être adapté en conséquence, pour que les victimes bénéficient de la même protection que celle attendue dans le monde non connecté.