You are here:

Pendant le confinement de la première vague de COVID-19, la police, les foyers pour femmes et les organisations non gouvernementales ont signalé une recrudescence de la violence domestique, ciblant particulièrement les femmes. Les femmes sont donc susceptibles d’être à nouveau exposées à un risque accru de violence domestique durant la deuxième vague et le confinement qui en découle.

En outre, des défis restent à relever, et ce même après le déconfinement. La perte de revenus et d’emplois risque de faire augmenter le nombre de cas de harcèlement et de violence.

La dépendance économique peut conduire certaines femmes, dans l’incapacité de partir, à rester prisonnières de relations abusives.

L’enquête de la FRA sur la violence contre les femmes à l’échelle de l’UE montre que près d’une femme sur trois ayant des difficultés à joindre les deux bouts a subi des violences de la part d’un partenaire. À titre de comparaison, près d’une femme sur cinq n’ayant pas de difficultés financières a subi des violences.

Tout au long de la pandémie, de nombreux pays de l’Union ont été prompts à agir. Ils ont mis en place un soutien psychologique et ont hébergé les victimes dans des chambres d’hôtel. Dans le même temps, ils ont lancé des campagnes de sensibilisation faisant la publicité de lignes d’assistance téléphonique.

Si cette démarche a été saluée, elle a également mis en évidence les lacunes qui subsistent.

La Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique en est déjà à sa sixième année. L’Union européenne a déclaré qu’elle y adhérerait et 21 États membres l’ont signée. Les autres devraient faire de même.

La Convention fournit une feuille de route claire sur ce que l’Union et ses États membres doivent faire. Elle constitue un point de départ pour de nouvelles actions visant à mettre fin à cette violation généralisée des droits humains.

La proposition de la Commission européenne d’ajouter la violence contre les femmes à la liste des crimes de l’Union donne encore plus de poids à sa volonté d’y mettre fin.

Il est maintenant grand temps que les gouvernements agissent. Les secteurs de la police, de la justice et de la santé doivent travailler ensemble pour prévenir la violence et soutenir les victimes.

Cela nécessite des ressources adéquates et une formation pertinente. Il est urgent d’agir si nous voulons renforcer les mesures visant à mettre fin à la violence contre les femmes.