You are here:

Publication

Publication date: 30 March 2020

Children in migration in 2019

Le rapport « Children in migration in 2019 » (Les enfants migrants en 2019) dresse un état des lieux de la situation migratoire au cours de cette année. Il rassemble les principales questions recensées dans les bulletins trimestriels de la FRA sur la migration dans certains États membres de l’UE.

En 2019, les États membres ont appréhendé plus de 140 000 migrants entrant dans l’UE sans autorisation. Environ 33 000 étaient des enfants. Plus de 5 000 d’entre eux n’étaient pas accompagnés.

Cela expose les enfants à des risques accrus : le risque de violence, d’exploitation, de traite et d’abus.

Le dernier rapport de la FRA met en lumière les 10 principaux défis auxquels sont confrontés les enfants migrants, notamment :

  1. le risque de décès ou de blessure lorsqu’ils tentent d’entrer dans l’UE par voie maritime ou terrestre ;
  2. l’immobilisation – en 2019, deux fois plus de navires de sauvetage n’ont pas pu accoster immédiatement par rapport à 2018. Plus de 780 enfants ont ainsi été bloqués à bord, souvent dans de mauvaises conditions climatiques et en mauvaise santé pendant plus d’une semaine ;
  3. le renvoi forcé, parfois avec violence, à la frontière sans évaluer s’ils sont exposés à un risque de persécution ou à un danger, ce qui va à l’encontre du droit international et du droit de l’UE. Les organisations non gouvernementales (ONG) estiment que les autorités ont refoulé au moins 1 230 enfants sur la route des Balkans occidentaux ;
  4. le manque d’espace dans les centres d’accueil pour les enfants demandeurs d’asile, en particulier les enfants non accompagnés ayant des besoins particuliers en matière de protection. C’était le cas de Chypre, de la France, de la Grèce, de l’Italie, de Malte et de l’Espagne ;
  5. les conditions sanitaires déplorables aux points d’accès pour les migrants en Grèce. Les normes étaient également médiocres en Belgique, à Chypre, en Croatie, en France, en Italie, à Malte, en Hongrie et en Espagne ;
  6. une protection inefficace contre l’exploitation sexuelle et par le travail en raison de lacunes dans les systèmes nationaux de protection de l’enfance ;
  7. la lenteur des procédures d’asile, qui peut s’expliquer par le temps nécessaire à l’évaluation de l’âge ou à la désignation de tuteurs légaux. Les tuteurs demandent l’asile au nom des enfants ;
  8. le placement en rétention des enfants migrants afin d’assurer leur retour. Les conditions de détention sont restées mauvaises ou se sont dégradées en 2019 ;
  9. le retour forcé d’enfants non accompagnés ;
  10. les traumatismes résultant du traitement par les autorités des parents et de leurs enfants dans le processus de retour.

Après quatre années de communications régulières d’informations sur la situation migratoire, la FRA continuera de publier ses « bulletins trimestriels » sur les principales préoccupations liées aux droits fondamentaux en matière de migration en 2020.

En 2020, ces bulletins couvrent les pays suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Italie, Macédoine du Nord, Malte, Pays-Bas, Pologne, Serbie et Suède.