You are here:

La Journée européenne des personnes handicapées, célébrée le 3 décembre, nous donne l’occasion de réfléchir aux violations des droits auxquelles de nombreuses personnes handicapées continuent d’être confrontées.

Des taux élevés de chômage ou de pauvreté sont monnaie courante dans toute l’Europe.

Les mesures imposées pour endiguer la pandémie de COVID‑19 ont mis en exergue de nombreuses vulnérabilités. La vulnérabilité des systèmes de santé nationaux et du soutien existant envers les personnes handicapées.

Les mesures relatives à la COVID‑19 ont touché de nombreuses personnes handicapées. Les restrictions des services à domicile leur ont fait perdre l’accès à une assistance personnelle. L’accès aux soins de santé s’est également avéré difficile. Quant aux règles de distanciation physique, elles ont plongé de nombreuses personnes dans l’isolement en les empêchant de recevoir des visites.

Nous avons déjà la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), à laquelle sont parties l’Union européenne et l’ensemble de ses États membres. Elle leur impose donc de respecter les engagements pris,

et se révèle être un important facteur de changement. Un document de la FRA publié en 2015 a souligné à quel point elle servait de catalyseur à des évolutions juridiques et politiques de grande ampleur dans toute l’UE.

Elle a débouché sur des stratégies et des plans d’action nationaux en faveur des personnes handicapées.

Elle a aussi poussé certains États membres à modifier leur législation et leurs politiques afin de garantir aux personnes handicapées plus d’autonomie, de choix et de contrôle sur leur propre vie.

Au niveau européen, nous avons également la l’acte législatif européen sur l’accessibilité, la directive relative à l’accessibilité des sites internet. Par ailleurs, l’année prochaine devrait annoncer la nouvelle stratégie européenne 2020-2030 en faveur des personnes handicapées.

Cette stratégie ne devrait pas seulement couvrir toutes les dispositions contenues dans la Convention, mais devrait également intégrer les droits des personnes handicapées dans tous les domaines pertinents de la législation, des politiques et des programmes de l’UE.

Il existe des signes encourageants. La Commission européenne fait participer les organisations de personnes handicapées à l’élaboration de la nouvelle stratégie, veillant ainsi à ce que les questions qui les concernent vraiment figurent en bonne place dans les priorités de l’UE. Cette démarche devrait se poursuivre lors de la mise en œuvre de la nouvelle stratégie.

L’avenir exigera des changements importants. Il faudra, par exemple, modifier nos infrastructures pour garantir une accessibilité totale aux bâtiments, aux transports et aux services numériques, mais aussi changer notre façon de penser et de faire les choses afin de prendre en compte les perspectives des personnes handicapées.

Ce n’est qu’à cette condition que la stratégie pourra tenir la promesse d’un nouveau départ pour les personnes handicapées. Elle devrait leur permettre d’avoir le droit – en théorie et en pratique – d’être des membres actifs et à part entière de notre société.