You are here:

Au XXIe siècle, les femmes sont toujours moins rémunérées que les hommes à travail égal et on leur demande souvent d’abandonner leur carrière pour élever leurs enfants ou prendre soin de leurs proches.

Ces inégalités sont encore plus marquées chez les femmes appartenant à une minorité ethnique ou issues de l’immigration.

Aussi bien les femmes que les hommes roms sont victimes d’exclusion sociale, de pauvreté et de discrimination, mais les femmes roms sont néanmoins beaucoup plus touchées que les hommes. Par rapport aux hommes roms, moins de femmes roms terminent l’enseignement secondaire et très peu d’entre elles ont un emploi.

Par exemple, une étude de la FRA montre que seules 16% des femmes roms ont achevé le deuxième cycle de l’enseignement secondaire, contre 22% des hommes roms. En outre, seules 16% des femmes roms ont un emploi, contre 34% des hommes roms. À titre de comparaison, parmi la population générale, 57% des femmes ont un emploi, contre 71% des hommes.

Il en va de même pour les femmes migrantes. Bien que les femmes migrantes soient issues d’horizons divers, avec des niveaux d’éducation différents, elles ont davantage de difficultés à trouver un emploi.

Par exemple, d’après une étude de la FRA, seules 52% des femmes migrantes interrogées ont un travail rémunéré, contre 73% des hommes migrants. En outre, si un tiers des femmes migrantes ont étudié à l’université, seul un tiers de celles en activité environ occupent des emplois hautement qualifiés.

Les femmes sont également beaucoup plus susceptibles de subir des violences physiques. En effet une femme sur trois en Europe a déjà été victime de violences et plus de la moitié d’entre elles ont déjà été victimes de harcèlement.

Ces constats soulignent la nécessité d’adopter des mesures ciblées et intégrant la dimension de genre pour remédier à ces inégalités.

Du soutien à l’éducation aux services de formation et de garde d’enfants, les pistes sont nombreuses pour faire en sorte que les femmes soient traitées sur un pied d’égalité et bénéficient des mêmes chances que les hommes pour étudier, travailler et profiter de leur vie.

Ces mesures faciliteraient à leur tour l’émergence d’un monde plus égalitaire entre les femmes et les hommes.