You are here:

Les difficultés et inquiétudes engendrées par la pandémie persistante de COVID-19 créent des conditions propices à la propagation du virus de l’intolérance.

Très vite, la pandémie de COVID-19 a provoqué une recrudescence des attaques racistes et xénophobes, en particulier à l’encontre des Asiatiques. Certaines personnes accusent les Juifs d’avoir créé et propagé le virus, allant parfois même jusqu’à prétendre qu’ils utilisent la pandémie à des fins lucratives.

Bien avant la pandémie, des enquêtes effectuées à l’échelle européenne faisaient état d’une généralisation de l’intolérance à l’égard des minorités ethniques, des Juifs, des Roms et des personnes LGBTI.

Ainsi, il apparaît que seulement un Européen sur deux se sentirait à l’aise si son enfant avait une relation amoureuse avec une personne rom.

Selon une enquête réalisée par la FRA, près de deux Juifs sur cinq envisagent d’émigrer parce qu’ils ne se sentent pas en sécurité dans leur propre pays du fait de leur appartenance à cette communauté.

Par ailleurs, le coronavirus menace particulièrement les survivants de l’Holocauste en raison de leur grand âge.

Cette situation devient problématique: le nombre de survivants diminue, au moment où un Européen sur deux pense que le négationnisme pose un problème dans son pays. Le nombre de témoins directs des horreurs du passé étant de plus en plus réduit, la possibilité d’avoir un récit de première main de ce pan de l’histoire disparaît également.

La journée commémorative de l’Holocauste doit par conséquent servir de tremplin pour promouvoir la compréhension et l’entente entre différentes communautés en tant que remparts contre l’intolérance.

Cette journée doit être un moment poignant, qui permet de tirer les enseignements du passé pour construire un avenir meilleur et ouvert à tous.

Cette journée souligne aussi l’importance de renforcer l’enseignement de l’Holocauste, de célébrer la diversité et de développer une prise de conscience et une meilleure compréhension des effets de l’intolérance sur les individus et l’ensemble de la société.

Le matin du 27 janvier 1945, le camp d’extermination d’Auschwitz était libéré par des soldats. À cette date, 7 000 prisonniers y étaient encore détenus. Mais sur l’ensemble de l’existence du camp, plus d’un million de personnes déportées à Auschwitz y ont perdu la vie.