You are here:

« Les attentats que nous avons déplorés cette année en France, au Danemark et ailleurs dans l'UE s'inscrivent dans un climat d'intolérance contre lequel nous devons lutter avec tous les moyens à notre disposition », a déclaré le directeur par intérim de la FRA, Constantinos Manolopoulos. « Il existe de nombreuses initiatives positives dans l'UE, mais dans la situation actuelle, elles ne suffisent pas. L'UE et ses États membres doivent prendre des mesures immédiates et décisives pour combattre les discours et les crimes extrémistes, xénophobes et antisémites. »

Dans sa vue d'ensemble annuelle des données sur l'antisémitisme dans l'UE, la FRA souligne qu'il n'existe pas, à l'heure actuelle, de données chiffrées fiables et comparables, lesquelles sont indispensables pour répondre efficacement au phénomène. Non seulement les victimes et les témoins doivent être encouragés à signaler les incidents à caractère antisémite, mais les autorités doivent également se doter de systèmes qui en permettent le recensement. Le groupe de travail sur la lutte contre les crimes de haine, créée par la FRA en 2014, coopère avec les 28 États membres pour améliorer le recensement et favoriser le signalement des crimes de haine de tout type, dont les incidents antisémites. Il s'efforce également d'accroître la collaboration entre les gouvernements, les autorités répressives, les parquets et les ONG, tout en soulignant l'importance de former les policiers et les autres professionnels de première ligne.

Les données existantes indiquent que l'antisémitisme demeure une préoccupation majeure dans l'UE, qui exige des réponses politiques ciblées et efficaces. La mise en œuvre effective de ces réponses protégera non seulement les communautés juives, mais donnera également un signal clair que les droits fondamentaux de chaque personne vivant dans l'UE sont pris au sérieux et protégés.

À la veille du premier colloque annuel de la Commission européenne sur les droits fondamentaux, la FRA publie également un second document. Celui-ci examine les aspects qui, dans le discours politique actuel, à l'échelle locale, nationale et européenne, ont pour effet d'exacerber un ton agressif, relayé ensuite sur internet par le biais de la presse et des médias sociaux, générant ainsi un sentiment d'insécurité et de peur parmi les membres des minorités ethniques et religieuses de l'UE. La contribution de la FRA à la conférence Promouvoir le respect et la diversité – Combattre l'intolérance et la haine lance un appel en faveur d'efforts plus marqués pour reconnaître la diversité ethnique, linguistique, culturelle et religieuse dans nos sociétés et l'utiliser pour renforcer la cohésion sociale et la croissance.

Ces deux publications s’inscrivent dans le travail en cours de la FRA dans le domaine du racisme, de la xénophobie et de l'intolérance qui y est associée. Pour télécharger le rapport et le document :

Antisemitism : Overview of data available in the European Union (Antisémitisme : Résumé de la situation en matière d’antisémitisme dans l’UE) (pdf)
Promoting respect and diversity – Combating intolerance (Promouvoir le respect et la diversité - Combattre l'intolérance) (pdf)

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter : media@fra.europa.eu 
Tél.: +43 1 580 30 655

Notes aux éditeurs :

  • Le résumé de la situation en matière d’antisémitisme dans l’UE est compilé depuis 2004.
  • L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) est mandatée pour fournir aux décideurs politiques de l’UE et des États membres des avis fondés sur des éléments de preuve, contribuant ainsi à des débats et des politiques plus documentés et mieux ciblés en matière de droits fondamentaux
  • • La Commission européenne organisera son premier colloque annuel sur les droits fondamentaux les 1er et 2 novembre 2015. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site internet du colloque

Téléchargements

Publication date: 29 September 2015

Press release - Hate and intolerance must be combated more strongly as social climate worsens (442.9 KB)