You are here:

« Trop souvent, le sort des femmes roms est bien pire que celui des hommes, celles-ci n'ayant pas la possibilité d’acquérir les compétences nécessaires pour trouver du travail », a déclaré Michael O’Flaherty, Directeur de la FRA. « Nous devons défendre les droits des femmes roms, afin de les aider à briser les chaînes qui les privent de l’exercice de leurs droits humains dans la vie et au travail. »

Les Roms d'Europe n'ont jamais eu de véritable accès à leurs droits socio-économiques. Pour les femmes en particulier, les perspectives sont particulièrement sombres. Elles demeurent piégées dans le cercle vicieux de la pauvreté, de l’exclusion sociale et du chômage. L'exclusion du système éducatif les empêche d'accéder à des emplois de qualité et les condamne à vivre dans la pauvreté et dans de mauvaises conditions de logement. Les femmes roms continuent donc de vivre dans la pauvreté, avec un faible niveau d’éducation et sans perspectives d'emploi, ce qui limite les choix qu’elles pourront faire, plus tard dans la vie.

Une bonne éducation ouvre la voie à de meilleurs emplois et à des rémunérations plus élevées. Mais cette voie est barrée à nombre de jeunes femmes roms, qui abandonnent souvent leurs études secondaires sans suivre de formation complémentaire. Près des trois quarts des jeunes femmes roms âgées de 16 à 24 ans n’ont pas d’emploi et ne suivent ni enseignement ni formation, contre plus de la moitié des jeunes hommes roms appartenant au même groupe d’âge, d’après les résultats de la deuxième enquête de l’Union européenne sur les minorités et la discrimination, réalisée par l'agence dans neuf États membres de l'UE. Dans des pays comme la Grèce, le Portugal et la Hongrie, l’écart entre les femmes et les hommes est encore plus marqué.

Cet écart se traduit par des perspectives d'emploi plus mauvaises : ainsi, par exemple, seules 20 % des femmes roms ont un travail rémunéré, contre 41 % des hommes. Cette situation est souvent aggravée par la répartition traditionnelle des rôles en fonction du genre, celles-ci accomplissant la majeure partie des tâches domestiques, et ce dans de mauvaises conditions, sans disposer d’eau courante ni de salle de bain ou de toilettes à l’intérieur de leur foyer. Comme on peut s'y attendre, cela a également des répercussions sur la santé des femmes roms.

Manifestement, les États membres doivent protéger les filles et les femmes roms contre la discrimination et leur donner de réelles chances de se libérer du cycle du dénuement. Cela implique de s'assurer que leur scolarité soit plus longue, qu'elles reçoivent une formation et qu'elles bénéficient d'un soutien à l'apprentissage. Les entreprises et les autorités locales doivent mettre en place des systèmes de formation et des possibilités de travail pour les femmes roms. En outre, les communautés roms devraient bénéficier d'un niveau de vie décent, exempt de pauvreté. Les efforts accomplis au niveau local pour rendre les femmes roms plus autonomes devraient également être utilisés en vue de stimuler leur intégration, comme le concluent les recherches menées par la FRA