You are here:

L’UE est un espace de libre circulation pour les chercheurs, le savoir scientifique et la technologie. L’article 13 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, approuvée par les dirigeants de tous les États membres de l’UE en 2000, reflète les normes nationales et internationales en disposant explicitement que les arts et la recherche scientifique sont libres.

« La nouvelle législation dont s’est dotée la Hongrie, qui menace l’existence de plusieurs universités éminemment reconnues, est très inquiétante pour tous les acteurs des droits humains », a déclaré le directeur de la FRA, Michael O’Flaherty. « Les droits humains, l’État de droit et la démocratie sont les valeurs fondamentales sur lesquelles l’UE s’est érigée, et nulle d’entre elles ne saurait exister sans une société civile dynamique et florissante. »

Le monde universitaire est un élément clé de la société civile, qui inclut également les lieux de culte, les groupes religieux et confessionnels, les syndicats, les organisations patronales, les organisations socioprofessionnelles et, bien entendu, les ONG.

Du fait de son étroite collaboration avec ces organisations, l’Agence des droits fondamentaux constate que leur travail est de plus en plus difficile et que cette situation, loin de se limiter à un ou quelques États membres, s’étend à l’ensemble de l’UE. La FRA examine actuellement l’évolution des conditions qui dominent les activités de la société civile ; il ressort de cette analyse que le cadre réglementaire peut en particulier imposer de sévères restrictions aux organisations de la société civile dans leur capacité à fonctionner librement. Les difficultés d’accès aux financements vont grandissantes tandis que les possibilités de contribuer aux processus décisionnels se réduisent. Des cas de harcèlement et d’agressions violentes à l’encontre de défenseurs des droits de l’homme ont même été recensés dans certaines régions.

Outre ces travaux de recherche, dont les résultats seront publiés dans le courant de cette année, la FRA procède actuellement à une réforme de la plateforme des droits fondamentaux, un forum qui vise à développer un espace protecteur au sein duquel les organisations de la société civile peuvent continuer à œuvrer, quel que soit leur lieu d’intervention dans l’UE.