Des voies légales d’accès vers l’Europe sont nécessaires pour lutter contre le trafic d’êtres humains

La tragédie survenue récemment, au cours de laquelle 39 personnes retrouvées dans un camion au Royaume-Uni ont perdu la vie, met en lumière la nature extrême du prix payé par ces personnes à des passeurs sans scrupule. L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) réitère en conséquence son appel en faveur de voies légales d’accès plus sûres vers l’Europe afin d’endiguer la vague de criminalité liée au trafic d’êtres humains.

« Je suis profondément attristé par cette tragédie. Elle met en évidence le mépris des passeurs pour la vie de personnes vulnérables et démunies qui recherchent simplement une vie meilleure », constate Michael O’Flaherty, directeur de la FRA. « L’UE et ses États membres doivent unir leurs forces afin de soutenir les efforts visant à créer des voies légales d’accès sûres permettant aux migrants d’entrer en Europe. »

Dès 2015, au plus fort de l’afflux de migrants, la FRA a recensé les mécanismes que les États membres peuvent envisager afin de permettre au plus grand nombre de personnes de rejoindre l’UE sans l’appui des passeurs.

En voici quelques exemples :

  • les mesures spécifiques pour les réfugiés, telles que la réinstallation, l’admission humanitaire, les visas humanitaires (au titre du droit Schengen ou national) et la protection temporaire;
  • les régimes de mobilité régulière, tels que ceux mis à la disposition des membres de la famille des personnes résidant dans l’UE, des étudiants, des travailleurs migrants et d’autres catégories de personnes, qui pourraient être rendus plus accessibles aux réfugiés séjournant dans des pays tiers.

Ces voies légales devraient constituer une composante essentielle des efforts déployés par la Commission européenne pour lutter contre le trafic de migrants.

Il serait également avantageux d’adopter des approches communes à l’échelle de l’UE en matière d’entrée légale et d’échange de pratiques existantes entre les États membres.

En créant davantage de voies légales d’accès, l’UE et ses États membres pourront à terme sauver des vies et réduire les souffrances endurées par les personnes qui tentent de rejoindre l’UE.